Tales Of Zestiria

Je ne suis pas un expert en JRPG, je pense l'avoir suffisamment dit, malgré tout je commence à en avoir quelques uns à mon actif desormais. Avec le temps j'ai fini par toucher à énormément de licence au minimum dans leurs derniers épisodes (même si les rétro nostalgiques diront que c'est les moins bons, souvenirs d'enfance, etc.). Final Fantasy, Dragon Quest, Nino Ku Ni, Xenoblade, etc. finalement je commence à avoir ma petite expérience. Il restait une "grosse" licence qui revient souvent lorsque l'on parle de JRPG à laquelle je n'avais jamais touché. Il s'agit, vous l'avez surement devenez si vous avez lu le titre, de la série Tales Of. Mais par où commencer ? Il y en a tellement.

Le monde PC, ce monde merveilleux où vous ne demandez rien mais que vous recevez un mail pour vous prévenir que pour 10€ vous pouvez acheter un bundle avec notamment plusieurs Tales Of, en l'occurrence, Tales Of Beseria et dans le cas qui m'intéresse aujourd'hui, Tales Of Zestiria.

Je me suis donc mis en quête de découvrir la licence via l'épisode Zestiria, pourquoi lui ? Aucune raison précise, j'ai passé quelques heures sur Google, Youtube et tutti quanti à chercher un épisode qui ne me ferait pas trop peur par sa vétusté même en prenant en compte d'autres épisodes (pas dans le bundle mais une bouché de pain sur Steam, tel Vesperia ou Symphonia) et il me semblait être un bon compromis. Niveau réception joueur, les Tales Of tournent autour de 75/80 MC et joueurs. Chaque joueur a sa préférence mais aucun épisode ne semble se démarquer véritablement, conclusion plutôt commune sur les grosses licences.

Ca commence comment ?

Vous êtes Sorey, un jeune adolescent ayant été recueilli par des séraphins. Qu'est-ce qu'un séraphin ? C'est une espèce d'ange invisible pour les humains n'ayant pas le bon pouvoir et vous, forcément, vous l'avez. Vous grandissez dans ce village de séraphins avec votre frère d'adoption et votre délire quand vous avez du temps libre, c'est de visiter les ruines du coin. Un jour, par un mystérieux hasard (heureux hasard parce que sinon pas de jeu), vous trouvez le corp d'une humaine, vous la ramenez au village où elle s'apitoiera sur votre sort de pauvre orphelin solitaire (vu qu'elle ne voit pas les séraphins partout autour de vous, elle vous croit seul, sans se demander pourquoi il y a plein de maison, tocarde). Ensuite, elle décide de rentrer chez elle après vous avoir raconté qu'en bas, c'est la misère.

Là un méchant débarque au village, il vous fait comprendre qu'il risque de faire sa fête à la demoiselle donc vous lui emboitez le pas parce qu'il ne faudrait pas qu'il lui arrive quelque chose en route. Vous arrivez ensuite en ville, il y a une histoire de malveillance et de chaos qui transforme le monde en vilain monde, il parait que quand ça arrive, un Berger, sorte de super guerrier débarque habituellement mais là personne n'arrive pour sortir l'épée du rocher du coup le monde est en train de pourrir tranquillement. Mais qui pourrait donc sortir cette épée du rocher ? Oui qui ? Pitié, trouvez le, est-ce que c'est la fin du jeu après 3h ?

Bon, vous vous baladiez par là, vous cherchiez un cure dent et comme vous n'êtes pas à cheval sur l'hygiène, vous sortez l'épée du rocher et c'est parti pour quelques dizaines d'heures de JRPG parce qu'il faut bien trouver la source de la malveillance et l'occire tant qu'à faire. Et je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler.

Malgré un ton que je concède un chouillat moqueur, l'histoire est plutôt intéressante en fait. Pas originale pour un sou, blindé de clichés (non sérieusement, dès le moment où le jeu vous raconte la prophétie et le fait qu'il y a une épée dans un rocher, vous savez ce qu'il va se passer), mais intéressante à suivre.

La particularité des Tales Of, si j'ai bien compris, c'est que le jeu est entrecoupé de cinématiques dessinées. D'ailleurs, mention spéciale à l'intro tout animé qui divulgache un chouillat mais que j'adore, notamment grâce à sa musique entrainante un peu Rock dont je ne me lasse pas.

Malheureusement, sur la quarantaine d'heures que le jeu m'a pris, les animations du genre doivent tenir sur les doigts d'une main, peut-être deux, mais pas plus. C'est dommage parce que personnellement je les trouve superbe. Surtout quand elles sont là pour donner un petit coté shonen au jeu.

Le gameplay

Niveau gameplay, le jeu se déroule dans un monde ouvert instancié par zone et on se ballade en vue à la troisième personne. Malheureusement, j'ai trouvé le jeu assez générique et terne. Pas de fulgurance esthétique, pas hiddeux non plus mais pour un jeu "PS3" à la base, on a plus l'impression d'un jeu PS2 lissé en HD.

Quelques jolies points de vue malgré tout.

Certains passages seront bloqués dans un premier temps et ils se débloqueront dans le jeu au fur et à mesure que vous débloquerez de nouvelles capacités. Ca donne un (tout) petit coté Metroid à l'exploration mais ce n'est pas désagréable surtout quand on se décide (ou que le jeu nous y oblige) à revenir dans d'anciennes zones déjà visitées.

Vous aurez régulièrement à visiter des ruines ou des temples, mais comme le reste du monde, ça ne brille ni par son esthétique et rarement par les idées qui vous feront les visiter. Souvent un enchainement de salle avec ennemis à occire. Certains seront même carrément pénibles.

Un donjon type, ce n'est pas moche mais c'est plutôt générique et sans charme.

Le système de combat est, par défaut, un système de combat temps réel semi-automatique en arène (vous passez en mode combat en rentrant en collision avec un ennemi ou si un ennemi vous rattrape).

J'ai trouvé le système de combat plus agréable que du tour par tour mais il propose plein de sous systèmes/combos/coups spéciaux inutilement complexes et si j'ai relativement roulé sur le jeu (en mode normal), je n'ai pas du saisir toutes les subtilités de ce système vu que je n'ai pas réussi à battre le boss finale.

Quoi Winter, tu fais une critique alors que tu n'as pas fini le jeu ?
Oui bon, ça va, j'ai fait tout le jeu, j'ai juste abandonné au boss final après 2 heures d'échecs sur la fin de sa barre de PV, parce que ça me gonflait et j'ai été vérifié sur Youtube si c'était bien le dernier boss et c'était le cas, donc je considère l'avoir fini.

La particularité du système de combat, c'est que vous pouvez fusionner avec un des séraphins qui vous entoure, ça vous donne un look de super guerrier et vous faites plutôt mal, surtout si vous fusionnez avec un séraphin de l'élément (eau/terre/feu/eau) auquel est sensible l'ennemi en face.

Conclusion

Au final, je ne regrette pas d'avoir joué au jeu pour la culture. Pas un jeu fantastique mais qui faisait à peu prêt le job que j'en attendais au moment de m'essayer à la licence. Un JRPG plutôt classique, sans particulièrement d'éclat, sans grosse surprise, mais dont l'histoire se laisse suivre et où on s'attache aux séraphins nous accompagnant dont on arrive à bien distinguer le caractère notamment grâce à des dialogues dessinées et plutôt bien écrits.

On m'a dit par la suite que ce n'était pas le meilleur de la licence. Comme j'ai dit au départ, j'ai fait quelques recherches, comme toutes les grosses licences, chaque joueur a ses préférences. Rendez-vous au second Tales Of que je ferais (pas tout de suite) si vous voulez mon avis.

Vous aurez accès régulièrement à des petites scénettes de dialogue entre les protagonistes. Plutôt sympathiques à suivre et importantes pour comprendre le caractère des membres de votre équipe.

Conclusion

6Tales Of Zestiria était ma porte d'entrée dans la licence Tales Of et je ne regrette pas. Malgré ma faible expérience des JRPG (après je dis ça à chaque JRPG, alors que l'air de rien, je commence à en avoir fait quelques uns). Pas de coup d'éclat, pas de surprise, un monde terne et générique, mais un système de combat relativement plaisant et une histoire sympathique qui se laisse suivre grâce à une écriture correcte et des personnages secondaires souvent clichés mais parfois réellement attachants.


Publié le 18 Juillet 2021 à 15:00 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Éditeur(s)
Développeur(s)
Ce blog est complètement gratuit, sans publicité, complètement indépendant et ne cache pas sa subjectivité.
N'hésitez surtout pas à laisser un commentaire, c'est complètement anonyme (sujet à validation malgré tout pour éviter les bots ou les insultes gratuites) et c'est la seule récompense concrète au boulot que ça demande sorti des stats qui restent tout de même assez astraites.
Ne laissez pas les réseaux sociaux devenir la seule façon de vous exprimer aujourd'hui pour le bien de tous et utiliser les réseaux sociaux n'empêche pas d'essayer de faire survivre le reste.
Vous pouvez aussi vous inscrire et profiter de toute la partie gestion des jeux joués développé pour ce blog. Vous compterez ainsi dans les moyennes affichées.
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer
Envoyer