Senua's Saga: Hellblade II

Je ne suis pas un graphic-wore, donnez moi une belle esthétique, une technique qui fait le job, quelques beaux panoramas et je serai content. Ça ne m'empêche pas de m'extasier sur certains jeux qui font un bon mélange des deux, mais rares sont les jeux qui m'ont vraiment mis une claque au point de me dire "C'est ma machine qui affiche ça en temps réel" ? Unreal sur PC en 98, Gears Of War sur la génération PS360, Assassin's Creed Unity et sa démonstration du PBR sur la génération PS4One et sur la génération PS5Series... Bah aucun. J'apprécie beaucoup de jeux, Dragon's Dogma 2 utilise le ray-tracing intelligemment pour faire de très jolies choses mais la plupart des jeux me donnent cette impression de jeux PS4 avec une meilleure résolution. Hellblade II fera donc son entrée dans la liste des claques visuelles qui ont marqué ma vie de joueur, je n'ai jamais rien vu d'aussi beau dans un jeu vidéo.

Elle est belle 2

La technique ne fait pas tout, si techniquement le rendu du jeu est irréprochable, il ne faudrait pas minimiser l'incroyable talent de Melina Juergens, l'actrice qui interprète le personnage principal du jeu. La performance capture a atteint un niveau jamais vu dans un jeu vidéo et grâce à cette interprétation royale, le rendu est incroyable. Vous pensez que les captures d'écran sont belles ? Vous n'avez pas idée de ce que ça donne quand ça bouge.

Et si le travail n'était incroyable que sur les visages, on pourrait s'arrêter là sur les superlatifs concernant le rendu, mais tout bénéficie de ce soin, les décors, l'animation des flammes, la lumière de la torche qui bouge selon les actions du joueur, le rendu de l'atmosphère, de l'eau, etc. Tout est démentiellement beau et photoréaliste.

Le sentiment est parfois étrange d'avoir l'impression de regarder une cinématique mais de se rendre compte qu'on peut se mouvoir, tourner la caméra, avoir une liberté de jeu classique avec ce rendu.

Elle est au bled 2

Le jeu nous raconte l'histoire de Senua, une demoiselle qui a visiblement une araignée au plafond, qui entend des voix en permanence et qui cherche à se venger des esclavagistes qui ont tué son mec avant le premier épisode. Pour ça, elle se fait enlever en tant qu'esclave. Le retour en bateau se passera mal et vous donnera l'occasion de vous échapper. Vous atterrirez alors dans un patelin touché par un mal que vous n'attendiez pas mais votre capacité à comprendre les choses différemment des autres va peut-être permettre de sortir tout ce beau monde du pétrin.

Elle est blême 2

Le jeu se compose de plusieurs chapitres où vous avancez de façon relativement linéaire. Quelques endroits cachés se révèlent à vous parfois en explorant au hasard, parfois en vous concentrant sur un élément du décor. Ils proposent alors des runes apportant un peu d'histoire aux lieux. J'avoue que sur ce point, j'en ai trouvé très peu et j'en ai raté une très grande majorité, dommage.

Il faut garder à l'esprit que la principale proposition du jeu est la balade. On marche souvent, on écoute pas mal nos petites voix, on vit des souvenirs de feu notre père à vue d'œil ancien tyran. On rencontre parfois des énigmes assez simplistes qui consistent à aligner visuellement des éléments du décor pour dessiner un glyphe particulier. On croisera aussi quelques nouveaux amis dans notre aventure, avec des noms de meubles Ikea impossibles à retenir ou à prononcer pour un monolingue comme moi, et enfin, les chapitres se terminent souvent par des combats ou des séquences épiques incroyables.

Elle est balaise 2

Le système de combat est la deuxième grande surprise du jeu, la première étant le rendu. J'ai un souvenir très relatif de celui du premier épisode, mais il ne m'avait pas emballé plus que ça. Dans ce second opus, les combats sont dans la continuité du plan séquence du jeu, mais l'angle de vue vient forcer la caméra à se focaliser sur l'ennemi, comme si le jeu imposait un verrouillage mais gardait sa philosophie de n'afficher aucune interface. À regarder, on dirait une scène interactive à base de QTE, à jouer, c'est un système de combat complet : coup faible, coup fort, esquive, contre, parade parfaite pour en finir rapidement, mini rage à déclencher. C'est sublime à l'écran, et avec les petites vibrations qui vont bien et la violence de chaque action, cela devient plutôt viscéral, voire carrément jouissif. Je parle de l'ennemi et pas des ennemis car dans le jeu les combats seront toujours des duels. Même en cas de nombreux ennemis, vous les combattrez un par un, mais pas comme dans certains jeux où on voit les autres attendre leur tour. Ici, tout est mis en scène entre chaque combat, c'est blindé de cinématiques scriptées intermédiaires de quelques secondes pour justifier les enchaînements avant de vous rendre la main pour retrouver une liberté plus classique face à l'ennemi.

Mon seul léger regret sera que certains combats s'avèrent assez longs, on enchaîne beaucoup d'ennemis, mais paradoxalement, j'aurais préféré plus de combats moins longs et mieux réparties tellement je les ai appréciés. Le bestiaire, lui, n'étant pas particulièrement varié sur l'aspect des ennemis, principalement des humanoïdes, arrive à offrir un peu de variété dans les situations. Un ennemi qui crache des flammes ne s'affronte pas de la même manière qu'un antagoniste qui a une grosse hache.

Elle plaide 2

Il serait malvenu d'aller au terme de cette critique sans évoquer quelques dernières choses plus ou moins importantes. D'abord, si le rendu graphique est exceptionnel, il ne faudrait pas oublier le taf phénoménal sur le rendu sonore. Malheureusement, c'est pour moi un gros défaut du jeu, il est très bavard mais ne possède pas de doublage. Alors oui je sais qu'il y a des intégristes de la VO qui me diront que c'était obligatoire, je ne vais pas relancer un débat là dessus, je vous invite à consulter cette vidéo qui explique bien mieux le soucis que je ne pourrais le faire, sans compter qu'en jeu, si l'on met le sous-titrage Français et la police d'affichage la plus grande (bonne idée pour l'accessibilité de pouvoir changer la taille), certaines lignes sont tronqués dans l'interface, notamment sur le sous-titrage des petites voix dans notre tête qui nous parlent.

Enfin, sans gâcher l'histoire, la fin m'a laissé un gout amer. Alors que le jeu termine généralement ses chapitres sur du très spectaculaire et qu'au fur et à mesure de mon avancement et après tous ces passages mémorables, j'espérais beaucoup une fin à la hauteur, ce ne fut pas le cas, difficile d'expliquer sans trop en dire, ceux qui feront le jeu me comprendront sans doute, pour les autres, il s'agira de modérer peut-être vos attentes.

Mais cette fin mitigée ne doit pas gâcher les 7h30 que m'a pris l'aventure à se conclure, durée de vie un peu juste, j'aurais bien rempilé pour le double personnellement. Mais ces 7h30 étaient intenses à enchainer claque sur claque et on est face à un jeu vendu 50 balles de base, pas un AAA boursouflé à 80. Sans compter bien sûr, son accès immédiat possible via l'abonnement du GamePass pour une somme modique (et un seul mois d'abonnement vous permettra sans doute de le finir très facilement)

Conclusion

8Il faut supporter son rythme un peu lent surtout en début de partie, de longues séquences de marche à écouter les petites voix dans sa tête et accepter sa durée de vie relativement faible, mais l'expérience est saisissante, le rendu incroyable, les combats viscéraux, la partie sonore une réussite. Les énigmes ne sont pas compliquées mais sont souvent une fois de plus l'occasion de transformer les décors fantastiques et certaines séquences atteignent des sommets vertigineux par leur extraordinaire grandeur épique et visuelle.


Publié le 26 Mai 2024 à 10:23 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Éditeur(s)
Développeur(s)
Ce blog est complètement gratuit, sans publicité, complètement indépendant et ne cache pas sa subjectivité.
N'hésitez surtout pas à laisser un commentaire, c'est complètement anonyme (sujet à validation malgré tout pour éviter les bots ou les insultes gratuites) et c'est la seule récompense concrète au boulot que ça demande sorti des stats qui restent tout de même assez abstraites.
Ne laissez pas les réseaux sociaux devenir la seule façon de vous exprimer aujourd'hui pour le bien de tous et utiliser les réseaux sociaux n'empêche pas d'essayer de faire survivre le reste.
Vous pouvez aussi vous inscrire et profiter de toute la partie gestion des jeux joués développé pour ce blog. Vous compterez ainsi dans les moyennes affichées.
Commentaires
WinterOfTheWolfil y a plus d'une semaine • Répondre
Je fais juste un test. :D
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer
Envoyer
Identification
Les cinq dernières publications
Articles les plus consultés
Archives
Les sites que j'aime visiter