Pine

Aujourd'hui on parle d'un petit jeu indé sorti un peu de nulle part (en tout cas sa com' était suffisamment réduite pour que j'en entende quasiment pas parlé avant sa sortie).
Pourtant, le jeu ne manque à première vue pas de charme, une DA qui, de loin, n'est pas sans rappeler Breath Of The Wild, des combats, des villages, des énigmes, etc.
Et comble des premières impressions positives, alors qu'il n'est plus rare que les indés fixent un prix de départ proche voir au dessus des 30€ depuis quelques années, Pine démarre à 20€ avec une petite promo Steam et zou, on y va pour moins de 19€.
Le jeu sortant dans un premier temps sur PC mais étant prévu sur Switch, il n'est pas exclu qu'il subisse la "taxe Switch" à sa sortie, on verra bien.

Bon, soyons clair, pour nous autre joueurs français, le nom en revanche pourra donner lieu à tout un tas de boutades plus ou moins graveleuses. Je vais essayer d'éviter ça même si je n'exclue pas quelques jeux de mots faciles.

C'est quoi l'histoire ?

Vous êtes Hue (dada... pardon), humain d'une espèce indigène, votre village vis tranquillement perché en haut d’une montagne parce qu’en bas il parait qu’il y a beaucoup de méchants… et c’est vrai comme vous le verrez plus tard.
Un jour, une fête et un tremblement de terre plus tard entraînant quelques morts dans votre village, vous vous dites que ce n’est pas cool de rester en haut des falaises, surtout que juste avant la fête, vous aviez trouvé, en visitant une grotte avec votre frère, des traces qui insinueraient qu’avant les hommes vivaient en bas parmi les autres espèces de l’île. Malgré la désapprobation de certains anciens du village, vous les descendez (les falaises, pas les anciens).

On commence par croiser un Tampa, une espèce de chat qui ressemble à un marchand ambulant. Il nous conseille d'aller voir un ancien dans une grotte qui pourra nous aider. Sur le chemin, on rencontre une espèce de crocodile bipède qui ne fera qu'une bouchée de nous… On note qu'il faudra l'éviter à l'avenir... ou en faire une espèce amicale.

Si le scénario semble pouvoir se résumer à : Il faut trouver une nouvelle maison pour les habitants de notre village, cela ne va pas forcément être si simple.

Les pines dans le pied

La DA du jeu fait dans un premier temps penser à un Zelda-like, si ce n'est pas complètement faux, le jeu souhaite clairement proposer des mécaniques supplémentaires et reposera avant tout sur le ramassage (le loot) et l'artisanat (le craft).
Il vous faudra looter pour tout, tout le temps. Pour devenir ami avec une espèce de l'ile, vous devrez lui faire des cadeaux, pour confectionner armes, pièges, armures, potions, etc. il faudra looter encore.

Malheureusement, le soucis de ce loot permanent est qu'il est accompagné du syndrome "tour dans l'inventaire parce que j'ai les poches pleines". Il existe bien un moyen dans le jeu d'agrandir ses poches, mais même avec la taille maximum, pour peu que l'on aime explorer et qu'on ramasse tout en chemin, il ne se passe pas une minute sans avoir les poches pleines.
On décide donc de se vider les poches dans une boite aux dons, au moins ce n'est pas perdu, plutôt que de jeter par terre, on essayera de faire en sorte qu'une des espèces du jeu soit plus amicale. Du coup, une fois que l'espèce est amicale, on va se promener amicalement dans le village, on croise le marchand qui nous troc une recette de gant, mais on se rend compte qu'on a donné dans la boite au don ce qu'il fallait pour confectionner ces gants.

Personnellement, je suis rapidement parti explorer l'ile de fond en comble pour trouver le nécessaire à améliorer les poches. Confort plus qu'appréciable, ça sera sans doute la partie la plus frustrante du jeu.

Dieu que je voudrais un paravoile dans pareille situation...

Concours les pines

L'autre mécanique du jeu qui le différencie pas mal d'un Zelda, c'est la gestion des espèces de l’île. Au fur et à mesure que l'on avance dans l'aventure principale, il faudra inventer le nécessaire pour développer les villages. La plupart des inventions majeures accompagnant la quête principale.

Les espèces seront tantôt hostiles, tantôt amicales, mais le tout varie avec le temps et certaines espèces ne peuvent pas en blairer d'autres, du coup si à un moment vous décidez de devenir ami avec l'une d'entre elles, une autre pourrait ne pas apprécier.
Cette partie pourrait être très intéressante, malheureusement elle se résumera à looter et faire des cadeaux dans la boite aux dons. Vous voyez un village, vous exterminez tous ses habitants, la race de l'espèce en question deviendra encore plus hostile, mais elle oubliera tout ça d'un coup de baguette magique en quelques minutes si vous faites les bons cadeaux dans la boite à dons, cadeaux qui se ramassent un peu partout dans le paysage.

Cela dit, si à résoudre, la mécanique des villages reste basique, elle apporte tout de même pas mal de fraicheur au jeu, car comme le loot est pénible (surtout en début de partie) du coup on choisi au moins au départ l'espèce qu'on aime bien (délit de sale gueule pour les autres) et du coup, sur la route, se faire attaquer par une espèce hostile et voir nos amis arriver à ce moment là et nous aider, c'est assez sympathique. Il faut juste ne pas y chercher trop de profondeurs.

Quoiqu'il arrive, en suivant l'histoire principale, il faudra devenir tour à tour ami avec toutes les espèces. Cependant le jeu offre la liberté de le faire dans l'ordre que l'on désire.

Pine terrestre

Pour vivre toutes ses aventures, vous allez donc devoir partir à l'aventure sur une ile de taille modeste mais offrant suffisamment de variété pour vous faire une jolie collection de photos de panorama.
Malheureusement, surtout pour les accrocs à BOTW comme moi, on ne peut pas grimper. De nombreux passages se résolvent avec le fameux "je saute, je regarde si ça passe, j'essaye de griller le jeu" comme dans Skyrim au hasard. Sauf que malheureusement, cela peut potentiellement mal se terminer en vous enfonçant dans un rocher et en bloquant votre personnage en mode saut en entraînant quelques glitch graphiques.
Rien de dramatique, le jeu étant assez propre niveau finition, la VF (écrite) est plutôt correcte, même si certains termes manquent et/ou laissent apparaitrent leur version anglaise, le moteur graphique affiche de jolies choses, ça manquera peut-être juste un peu d'effet lumineux.

Si les humains ne sont pas forcément très réussie (je trouve que le héros a une tête de dépressif), les autres espèces du jeux, version presque anthropomorphe d'espèces connues, sont particulièrement réussies.

Notre personnage, on ne dirait pas à sa tête qu'il veut en finir avec la vie ?

Pine Oil Infusion

J'ai vraiment apprécié le jeu personnellement. Il n'y a pas de gros moments épiques comme dans un Zelda, la mise en scène est réduite au strict minimum, mais j'étais zen quand je jouais. Aidé par une BO particulièrement réussie. Tel un mini BOTW, je me balladais à la recherche d'orbes, les korogus de Pine, en (beaucoup) moins nombreux, dont je ne vous divulgâche pas l'utilité, tout en gérant basiquement la politique de l'ile et de temps en temps je continuais l'histoire principale. Mon compteur Steam n'est pas loin des 40h, je pense qu'on peut finir le jeu en un tier de ce temps sans trop de soucis. Mais perso j'ai apprécié me balader en improvisant mon objectif, donc j'ai bien pris mon temps.
Le système de combat n'est pas exemplaire mais il fait le job d'autant que les différentes espèces s'appréhendent différemment en combat. On n'est jamais suréquipés, il n'y a pas d'expérience type RPG qui augmenterait nos PV pour être un dieu au bout de quelques heures et face à 3 ennemis la mort est toujours possible même avec le meilleur équipement de fin de jeu.
Pour un indé qui sort à 20 balles, si on n'est pas à la recherche d'action en permanence dans un JV, c'est presque le jeu idéal.

J'aurais presque oublié d'en parler, mais au détour de la balade, on pourra tomber sur quelques lieux donnant droit à des énigmes qui n'ont finalement de compliqué que le fait qu'on ait pas les bons objets en poche. Objets qu'on obtiendra en suivant la quête principale dans un ordre aléatoire suivant nos choix. Ces objets sont par ailleurs plutôt originaux et ne se contentent pas de singer Zelda (mini spoile, il n'y a pas de grappin).

Malgré tout, je regrette l'exploitation minimale du jeu de certaines mécaniques qui auraient pu grossir l'ambition du titre.
On peut, en avançant dans le jeu, appeler des renforts de nos espèces "alliées". Du coup si il y a une espèce qu'on apprécie, j'aurais aimé carrément vider l'ile des autres espèces, mais au final tout s'équilibre tout seul, lorsque vous virez une espèce d'une village, elle finira par trouver un autre village sur la carte. D'un autre coté, risquer de voir disparaître une espèce aurait des conséquences sur l'histoire principale et les quelques missions nous obligeant à parler à tel ou tel espèce, mais c'était juste un exemple, je ne suis pas game-designer. Je trouve juste regrettable de ne pas avoir pousser le concept de façon un peu plus ambitieuse dans ses résultats.

Conclusion

8Un Zelda-like-light sympathique. D'un coté, le jeu est particulièrement bien fini pour un indé 3D, il a une ambition pas fréquente pour "un jeu à 20 balles", manette en main, j'ai apprécié le jeu. C'est zen, limite mou par moment, le jeu offre une surcouche diplomatie pas assez creusée où tout se résout en offrant votre loot mais malgré tout sympathique et rafraîchissante pour le genre. Si on se donne le temps, on tient quand même là un très chouette jeu d'aventure et d'exploration dont le principal bémol sera pour les allergiques à la poche pleine, ce qui est d'ordinaire plutôt mon cas, mais qui dans Pine m'a surtout motivé pour tout explorer et faire de sympathiques balades bien accompagnée de musiques plutôt réussies.


Publié le 21 Octobre 2019 à 09:05 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Éditeur(s)
Développeur(s)
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer