Dragon Age Inquisition

Il y a quelques semaines, j'avais rédigé une critique sur Elex, un RPG pas si mal mais donnant en permanence cette impression de "bas de gamme", que j'opposais donc aux RPG haut de gamme. Dragon Age Inquisition, sorti en 2014 est justement un bon représentant d'ARPG plutôt haut de gamme, utilisant un moteur graphique qui a fait ses preuves, développé par BioWare plutôt réputé dans le domaine du RPG, etc.
Ca ne veut malheureusement pas dire que tout sera forcément réussi et qu'y mettre le prix suffit à faire un grand jeu qui marquera l'industrie, mais du coup ça colle très bien justement à ce que je disais dans ma critique d'Elex pour expliquer que certaines idées peuvent faire la différence même quand le budget n'est pas là.
Signalons que cette critique, qui débarque 5 ans après la sortie du jeu est basé sur la version GOTY du jeu qui contient tous les DLC et les multiples patchs qui ont du suivre la sortie, grâce à ça je n'ai aucun bug à signaler en plus d'une centaine d'heure de jeu. Mais au contraire de ce que je pensais qui allait arriver, c'est à dire, trouver un jeu qui accuse ses 5 ans d'age, je n'ai cessé d'être surpris en bien sur de nombreux points qui ne font qu'appuyer ce coté haut de gamme.

Le RPG haut de gamme

Déjà, on va commencer par un point que j'affectionne particulièrement, le jeu est intégralement doublé en Français et avec un doublage de qualité. Ça ne fera pas changer d'avis les réfractaires habituels à la VF, mais c'est pourtant bien joué, souvent crédible et la synchronisation labiale est impeccable, j'aime souligner ce genre de chose. Je suis quelquefois triste pour les acteurs français qui font un job de qualité tant on leur chie parfois sur la gueule sans que ça ne soit réellement justifié. J'ai souvent ce sentiment que c'est plus par principe qu'une réelle critique qualitative.
Gageons que la majorité silencieuse, celle qui joue aux jeux sans se plaindre, s'en satisfait également, autrement les éditeurs ne continueraient pas à se payer ce genre de doublages, surtout sur des jeux avec autant de textes.

On va continuer sur la partie sonore avec une BO de toute beauté. Bien sûr, l'appréciation des mélodies sera subjective, mais l'interprétation orchestrale est sublime, certaines scènes épiques du jeu deviennent magique avec une telle interprétation derrière, bref, la grande classe à ce niveau.

Le jeu n'a pas trop mal vieilli. Et pourtant, là c'est une zone de début de jeu, loin d'être la plus belle.

Jeu de début de génération

Le jeu est du début de la génération, pourtant, on peut le dire, non seulement il reste regardable, mais certains panoramas grâce à une technique qui n'a pas trop vieilli et une jolie direction artistique sont magnifiques. En revanche, chose quasi impensable en 2019 sont à signaler.
D'abord, ce n'est pas un open-world, ou du moins, pas complètement. C'est ce que j'appelle personnellement un open-world instancié, comme Monster Hunter World par exemple. Le monde est ouvert, les zones sont parfois très grandes (parfois un couloir, ça arrive sur les missions principales), mais il n'y a aucune recherche de cohérence ou de transition car les zones distinctes sont instanciées et donc séparées par des portails et chargements et vous ne pourrez vous y rendre qu'une fois débloquées par l'avancement de l'histoire principale.

Bon, cela dit, encore une fois, certaines zones sont vraiment très grandes et malgré tout, le plaisir de l'exploration est bien là et bien sûr, même si c'est plus facile du coup, la variété également, même si on regrettera un autre manquement aux quasi-impératifs modernes, le jeu n'offre aucun cycle quotidien ni aucune variation de météo.

La forêt, les paysages enneigés, tous les classiques pour offrir de la variété sont là...

Si ce n'est pas trop gênant pour les jolies paysages ensoleillés qui offrent de très jolies effets de lumières, ça m'a plus dérangé dans certaines zones qui restent de nuit, elles gardent de jolies effets de lumières mais restent sombres et attendre ne semble pas faire lever le soleil même si la lune est splendide.
Enfin, dernier détail technique, si le jeu tourne sur PC sans trop de problème "tout à fond" en 1080p/60fps, les cinématiques,elles sont bloqués à 30fps, pourtant forcément rendu en temps réel vu qu'on y voit notre personnage personnalisés en début de partie.

La lumière est vraiment bien gérée et c'est particulièrement visible sur les armures pendant les cinématiques malheureusement en 30fps.

Un petit bémol sur l'exploration. Elle est malheureusement trop souvent basée sur le "je saute et je regarde si ça passe", à la Skyrim pour ne citer que lui. On pleure un peu notre Assassin's Creed Odyssey qui grimpe partout ou on se remémore le chouette jet-pack d'Elex, notre RPG bas de gamme avec de bonnes idées. Après, vu l'univers de DA:I, il aurait été difficile de justifier un équivalent du jet-pack. Mais dans un univers ou la magie existe, tout est possible pourtant.

Enfin, pour ternir le tableau, les temps de chargements sont assez longs. J'ai réglé en partie de soucis en déplaçant le jeu sur SSD mais ça reste relativement pénible, surtout quand on aime voyager et sachant que sur console, ça doit être pire.

L'histoire

On va résumer sans doute un peu grossièrement : Il y a plusieurs clans (les templiers, les mages, la chantrie, etc.) qui se partagent le monde de Thédas, il se passe un événement majeur, une espèce d'attentat qui va ouvrir des failles partout dans le monde et on vous trouve dans les décombres avec un pouvoir dont vous n'avez aucune idée d'où il sort, qui permet de refermer ces failles, du coup, les personnes qui vous ont récupérés commencent par vous utiliser car vous êtes le seul à pouvoir remédier au soucis. Ils montent donc cette nouvelle organisation indépendante des autres chargée de s'occuper du problème et de restaurer la paix : L'Inquisition.

Au fur et à mesure, vous prendrez du galon pour ne plus être le pommé de service qui s'est retrouvé là par hasard et qui reste juste parce qu'il a une particularité. Je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler.

A partir de là, très rapidement dans le jeu, vous allez donc disposer d'un centre de commandement de l'inquisition, vous envoyez des soldats faire différentes missions (dont on ne voit rien à part un compteur de temps) et sur cette même carte, vous pouvez choisir des missions, secondaires ou principales où vous vous rendrez avec votre équipe. Equipe composée de quatre personnages parmi un panel que vous rencontrerez rapidement pour certains ou que vous croiserez le long de votre aventure.
A signaler, comme je disais plus haut que régulièrement dans le jeu en pleine exploration, on vous demandera de retourner au centre de commandement pour voir le résultat de vos missions (alliances, récompenses, nouvelle zone débloquée, etc.), du coup, les temps de chargement dont je parle plus tôt alourdiront encore la partie. Bien sûr, rien ne vous oblige à retourner au centre de commandement et vous pouvez décider de les faire patienter, mais en attendant, vous ne pourrez pas lancer de nouvelles missions et quand on voit que certaines missions prennent quatre heures, on se dit qu'on aurait du faire un saut pour lancer la mission pendant qu'on explore tranquillement.

La table de commandement pour envoyer les ambassadeurs de l'Inqui

Le système de combat

Alors je ne vais pas faire semblant d'être un spécialiste, j'ai joué à la manette en utilisant très peu le système de combat tactique. Le jeu offre différents défis appelés "épreuves" pour corser l'aventure, je ne les ai pas activés, j'ai joué en normal et je me suis contenté d’enchaîner les différents pouvoirs selon les situations quand le cooldown (à base d'endurance, de récupération, etc.) me le permettait. Du coup, je ne peux pas dire que c'était réellement passionnant à ce niveau là. Ce n'était pas déplaisant non plus, ça faisait le job mais je ne peux pas dire que ça soit un point fort du jeu, encore une fois, en gardant en tête que je me suis contenté de la façon de jouer grand publique, pad et pas de tactique ou très occasionnellement.
Puisque je ne peux pas m'empêcher de faire quelques lignes de comparaisons entre notre RPG bas de gamme Elex et Dragon Age Inquisition, je préfère le système de combat d'Elex, même si il était nettement plus rude en début de partie.
Enfin, signalons que la monté en niveau est particulièrement longue, j'ai terminé le jeu niveau 24 ou 25 (au bout de plus de 100h) sachant que les DLC m'ont permis de monter plus qu'un joueur lambda sur la vanilla du jeu.

Sortir un jeu qui s'appelle Dragon Age Inquisition, ça serait ballot de ne pas y trouver... des dragons...

La grande aventure

Au final, même si le tableau peut sembler sombre à ce niveau là, grâce à ces environnements variés, en persistant un peu pour comprendre certaines mécaniques de jeux un peu trop floues les premières heures (les réquisitions, ça sert à quoi ? Où est-ce qu'on trouve des schémas de craft ?), j'ai largement dépassé la centaine d'heures sur le jeu.
Certains passages sont tout bonnement épiques, je re-souligne encore une fois la qualité du doublage et surtout, la BO digne des plus grandes œuvres, qu'elle soit vidéo-ludique ou cinématographique.
On finit par s'attacher à notre personnage et surtout à ses compagnons, on pourra même engager une romance et finir au lit avec certains d'entre eux. Le temps s'écoulant, on constatera les conséquences de certains de nos choix, j'ai maté quelques vidéos Youtube après avoir fini le jeu et le nombre de choix et de conséquences est assez impressionnant, même si certains d'entre eux seront peu visibles en jeu et se résumeront, à la manière d'un Witcher 3 (qui est sorti plus tard rappelons le) à quelques plans fixes en fin de jeu où un narrateur nous raconte le devenir de certaines personnes qu'on rencontre durant l'aventure.

Mais non je ne spoile pas... Mais bon, ça c'est dans un DLC...

Enfin, signalons que comme c'était la version GOTY du jeu avec tous les DLC inclus, j'ai pu constaté qu'ils étaient globalement de bonnes qualités et offraient une rallonge conséquente à la durée de vie avec de nouvelles zones plutôt réussies. On pourra pester que le dernier DLC ne soit autre que la vraie fin du jeu, relativement ouverte pour un Dragon Age 4, politique de la part de l'éditeur très discutable qui avait déjà fait le coup avec Dead Space 3, mais vu que chez EA les éditions GOTY ne tardent pas trop, il faut juste le savoir.
Enfin, signalons que la version GOTY du jeu "offre" l'intégrale de la BO au format WAV et vu la qualité de cette BO, ce n'est pas un "cadeau" anodin.

Conclusion

8Avec un rendu graphique toujours très agréable, une bande-originale divine notamment dans l'interprétation orchestrale, un doublage Français de qualité (malgré la montagne de textes multipliés par les choix et conséquence du jeu), des moments épiques, une réalisation globalement haut de gamme, une durée de vie très correcte, DA:I était surement un très bon RPG à sa sortie en 2014, 5 ans plus tard, moins cher à l'achat, affublé de tout le contenu supplémentaire, l'équilibre se fait et ça reste un très bon RPG en 2019 qui permet de vivre une grande aventure.


Publié le 18 Février 2019 à 18:59 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Éditeur(s)
Développeur(s)
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer