Darksiders

Il y a bientot 2 ans, j'ai ouvert ce blog avec un ticket qui marquait mon changement d'orientation de technophile à joueur console. En fin d'article, j'avais écrit, entre autres : Le photoréalisme ne sert plus mes intérêts de joueurs. Cette remarque n'a jamais été aussi valable qu'aujourd'hui.

Sur les consoles les plus puissantes de la génération actuelle, le photoréalisme est devenu la direction recherchée aujourd'hui. C'est amusant de voir d'ailleurs qu'au cinéma, sans limitation ni contrainte dut au support, personne ne s'y risque (ou presque, genre Final Fantasy).

Du coup, le plus beau jeu n'est pas celui qui aura bénéficié de la meilleur DA mais limite celui qui se rapprochera le plus de la réalité et ça, perso, ça me laisse de marbre.

Pourquoi toute cette prose ? Parce que le jeu dont je vais vous parler maintenant n'a pas cherché à reproduire la réalité mais a bénéficié d'une direction artistique en béton, de celle qui vous marque petit et que vous êtes heureux de retrouver dans le jeu vidéo à 30 ans passé. Le directeur artistique du jeu, Joe Madureira, est à peine plus vieux que moi, mais il a largement pioché chez ses confrères pour la réalisation de Darksiders. Et puisqu'on n'en est à parler de piocher chez les autres, il n'y a pas que la direction artistique qui s'inspire des Comics, tout le jeu utilise des parties de gameplay déjà vu. On y trouve des morceaux de God Of War, un zeste de Zelda, des relans de Hulk, etc. Cela dit, on ne va pas épiloguer des heures là dessus, mélanger tous ses jeux et en faire une franche réussite relevait de l'exploit (ou c'est le reste de l'industrie du jeu vidéo qui sont des incapables ?)

Je vais donc vous parler de Darksiders, un jeu qui m'a intéressé avant même, si mes souvenirs sont bons, d'avoir une PS3 ou peut être que je venais de l'avoir, je ne sais plus exactement, je me souviens juste que Trunk (rédacteur à GK) en avait parler dans une émission dans le résumé d'une conférence THQ.

Vous êtes donc aux commandes de Guerre, un des 4 cavaliers de l'apocalypse, appelé alors qu'il n'aurait pas dut l'être. Du coup, comme par hasard, il débarque en plein apocalypse sur terre, mais le conseil qui régule tout ça lui met ça sur le dos, alors qu'il débarque en plein dedans, le pauvre. Le scénario, sans être inintéressant, n'est pas non plus des plus originale, mais il s'en sort malgré tout pas trop mal. De plus, le doublage Français convainquant permet de nous le faire apprécier assez bien.

Comme d'habitude (ou souvent du moins), on va commencer par les défauts. Techniquement, ça aliase pas mal... Bon, rien de dramatique non plus. Niveau framerate, c'est très stable, quelques ralentissements de temps en temps, notement quand on appelle le cheval (l'effet qui le fait apparaître semble mettre à genoux la PS3), mais toujours rien de dramatique.
Dans les défauts, je citerais aussi la musique. Elle n'est pas déplaisante, mais elle est anecdotique, on l'entend très peu et n'est pas mémorable, il manque le petit air qu'on garde en mémoire, celui qu'on pourrait entendre chez le voisin et qui nous ferait dire "Tiens, il joue à DarkSiders". Mais finalement, à bien y réfléchir, peu de jeu peuvent se vanter d'avoir ce fameux petit air. Si je suis déçu sur ce point, c'est peut être juste parce qu'il est en dessous du reste du jeu.

Niveau défaut et gameplay, signalons un petit défaut qui apparait surtout en début de jeu. Contrairement à beaucoup de jeux où le personnage peut sauter alors qu'il est limite déjà tombé, dans DarkSiders, il faut avoir les 2 pieds au sol, il en résulte qu'au début du jeu, avant de comprendre ça, on tombe assez souvent, ayant l'impression que la touche saut ne répond pas, alors qu'en fait, il faut juste prendre l'habitude de ne pas attendre le dernier moment pour sauter. C'est plutôt gênant, pas dramatique, surtout que les sauts millimétrés sont très rares, mais génant au début.

Pour le reste...

Je ne sais pas comment dire ça. Disons juste simplement que DarkSiders n'est ni plus ni moins le meilleur jeu auquel j'ai joué depuis Zelda TP. Le personnage a un charisme de titan, d'ailleurs titan lui va très bien vu le mélange de Hulk, Spawn et Arthas (le perso de Warcraft) qu'il incarne.
Le jeu démarre comme un bête beat'em all, mais il arrive d'emblée à nous faire ressentir une puissance du personnage énorme, à coté, Kratos ressemble à un danseur de tecktonik anorexique.
La direction artistique est donc superbe (évidement, les non réceptifs diront le contraire, comme d'hab' quoi, on ne peut pas plaire à tout le monde), le héros ne se contente pas d'être une grosse brute, il est bien plus que ça.

Le jeu se poursuit donc, après cette intro très "beat'em all" et au fil de la partie, on découvre qu'on a affaire à un vrai grand jeu d'aventure, "Enfin !", ai-je envie de dire. Depuis le temps que les nouvelles consoles surpuissantes promettant monts et merveilles sont là, après une montagne de jeu apéritifs bouclés en dix heures ou souvent moins mais "tellement beau", la génération accueille enfin sa première grande aventure (qui ne soit pas un RPG).

Bon, niveau durée de vie, ce n'est pas Okami ou un Zelda, ne comptez pas le finir en 50h, la moitié serait plus réaliste, mais à notre époque, c'est largement plus de deux fois ce que fais la concurrence, donc bon.

Vous aurez donc, entre deux combats bien violents (mais pas trop gore) à explorer, vous promener, rechercher et parfois même, réfléchir. Tout ça dans des environnements magnifiques, relativement variés, sur terre, sous l'eau ou à dos de cheval (je ne spoile pas trop vu la couverture de la pochette, tout le monde l'aura deviné), parfois dans des endroits qu'on pourrait appeler des donjons. Mais toujours à un rythme relativement soutenu. Les enigmes sont toujours relativement simples, ce qui évite de casser trop le rythme. De toutes façons, les joueurs d'aujourd'hui, nourri au Zelda depuis des décennies, ne peuvent pas être surpris beaucoup plus que ça. Quoique le jeu y arrive quand même, surtout sur le dernier donjon (même si c'est du déjà vu, jamais pour ma part dans un jeu d'aventure, de mémoire), mais je vais éviter de spoiler. Et bien sûr, pour faire un grand jeu d'aventure, il faut des moments cultes... Là dessus aussi, le jeu s'en sort très bien, mention spécial aux combats à cheval et à certains boss. Je n'en dis pas plus toujours pour ne pas spoiler.

Tout au long du jeu, vous découvrirez de nouveaux items, à la manière d'un Zelda, vous permettant d'en faire toujours plus, sans compter l'amélioration de vos compétences et de vos armes. Les plus curieux, ceux qui auront cherchés un maximum de coffre dissiminés dans le monde finiront même par modifier pas mal l'apparence du héros. Tiens, signalons d'ailleurs un petit défaut au passage. Sur la fin du jeu, vous pouvez disposer d'une autre apparence, notre héros gagne encore en classe. Une nouvelle armure, un masque, etc. Le hic, c'est que dans les cinématiques, notre héros est toujours à l'identique de son début dans l'aventure. C'est quand même dommage.

Voilà, je pense avoir fait le tour. Je conseille évidement ce jeu à tout le monde. La note ? Le jeu n'est pas parfait, même si sa durée de vie surpasse la concurrence, on en voudrait toujours plus, la fin est un peu rapide (et donne très très envie d'une suite), je donne sans problème mon premier 9 pour un jeu PS360.

Conclusion

9Avec du recul et en faisant abstraction du plaisir de jeu, Darksiders pourrait ressembler à un énorme pot-pourri, la direction artistique, les éléments de gameplay, tout semble piquer à gauche et à droite. Mais au final, il en ressort un jeu tellement réussi sur tous les plans sans lacune rédhibitoire, qu'il serait dommage de s'arrêter là dessus. Le premier jeu d'aventure avec un grand A sur PS360. Vivement la présentation de la famille.


Publié le 8 Février 2010 à 21:24 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Éditeur(s)
Développeur(s)
Commentaires
sebsoule 13 mars 2010 • Répondre
ok promis je lui laisserai sa chance quand il coûtera 10€

Au fait, PS3/360, la supérior ? pour savoir sur quel support je me le prends.
WinterOfTheWolfle 13 mars 2010 • Répondre
A la sortie du jeu, il vallait mieu le prendre sur PS3, la version 360 semblait beaucoup souffrir de tearing.
Mais depuis il y a eu un patch sur 360 pour stabiliser le framerate donc ça doit être kifkif.
Xerthesle 14 mars 2010 • Répondre
great game !
sebsoule 14 mars 2010 • Répondre
ok ok. Je dois dire que l'ayant testé 10 minutes, j'ai eu peur de me retrouver dans un énième BTA de bourrin sans intérêt (a vrai dire ça commence à me gonfler les jeux d'actions pour écervelés). J'ai donc bloqué mon achat.

Peut être que je me trompe ? L'aspect aventure/exploration est assez fourni ?
WinterOfTheWolfle 14 mars 2010 • Répondre
Ouaip. Il y a plus d'exploration que de combat. Avec des "similis" donjons, de la recherche de coffre, etc.
Et même niveau beat'em all, c'est rare les héros qui combattent à cheval.
La partie beat'em all est quand même importante, mais pas tant que ça.

Pour te donner une idée, je te donne mes stats au bout de 26:31 de jeu.

Total durée de jeu : 26:31:48
Durée combats : 04:47:40 (ce n'est donc clairement pas prédominant)
agalvanekle 14 avril 2010 • Répondre
Je plussoie ton test, je trouve que tu fais ça bien !
C'est super !
Et le jeu l'est tout autant ^^
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer