ICO & la collection ICO & Shadow Of The Colossus HD

Il y a des jeux qui marquent les joueurs au vif, on ne sait pas pourquoi mais la façon dont certains joueurs sur les forums, blogs ou autre, s'expriment sur certains jeux ne peux qu'intriguer un profane de l'ère 64 et 128bits comme moi. Les jeux d'Ueda en font partie. Ils furent une de mes motivations pour me procurer une PS2 en 2008. Du coup, un de mes premier achats sur PS2 fut naturellement Shadow Of The Colossus, de part les références qu'on en fesait sur ce qui est toujours mon BGE, Zelda TP. Aujourd'hui, les deux jeux ressortent sur une compilation HD et justement, ces jours ci il y a un événement qui fait qu'on a le droit d'acheter plein de jeux ou plutôt de les demander... Comment ça s'appelle déjà ? Ha oui, mon anniversaire... Bon bref, parmis les jeux que j'ai mis sur ma wish list il y avait cette compilation, si j'avais déjà fait Shadow Of The Colossus et déjà donné mon avis sur celui-ci, vient enfin le temps de faire Ico, la principale motivation à l'achat de cette compilation. Il faut être honnête, même si j'ai adoré SOTC et ne peut pas renier l'intérêt d'y rejouer avec un framerate descent, je n'aurais pas racheté le jeu sans la présence d'ICO sur la galette.

ICO, c'est donc l'histoire d'un jeune homme qui est banni dans un chateau parce qu'il a des cornes. Ses pairs l'enferment donc dans une espèce de caisson lui même dans un immense chateau en bord de mer pour y crever de faim. Heureusement pour lui, les gars qui ont construit les caissons avaient oublié une cale sur le sien, du coup il se renverse et s'échappe. En sortant de là, il rencontre une jeune fille au ton cadavérique qu'il décide de faire sortir avec lui.

Techniquement, le jeu est un jeu PS2 donc, mais il s'en sort plutôt bien, l'animation est correcte, les textures pas trop dégueux, y'a bien quelques trucs qui ressortent de temps en temps pour rappeler que c'est un jeu PS2 mais ça rend pas mal. Esthétiquement, c'est plutôt joli, on regrettera un manque de variété globalement sur le temps du jeu mais le dernier quart réserve quelques surprises.

Les musiques sont autant superbes qu'absentes... Si à l'intro on se dit "Putain la musique déchire, ça va être génial pour accompagner le jeu", bah en fait, non, pendant le jeu, à part de rares moment comme les sauvegardes (symbolisées par un vautrage en règle sur des canapés Ikea perdus dans le chateau qui font un peu anachroniques). C'est vraiment dommage, le jeu est désespérement silencieux, un petit zozio chantera par ci, un petit bruitage par là, une petite mélodie de quelques secondes par ci ou par là mais vraiment pas grand chose. Evidemment une fois fini le jeu, on garde en mémoire la sublime musique du générique mais perso, ça ne me fait pas oublier le coté désespérement muet du reste du jeu.

Le but du jeu est donc de sortir de ce chateau. Jusque là tout va bien. Certaines portes ne peuvent être ouvertes que par un mystérieux pouvoir électrique de notre compagne de voyage, histoire de justifier sa présence car malgré ça, elle ne sert à rien, mais genre vraiment rien, en fait, les enigmes du jeu seront majoritairement basé sur le déblocage de chemin pour qu'elle arrive à vous rejoindre et attention, si vous la laisser trop longtemps seule, des ombres terrifiantes viendront pour l'emmener dans un trou noir et là, transformation en pierre, game over.

Ces ombres, vous êtes là pour leur taper dessus pour éviter la disparition de la fillette. Cela dit, elle ne vous embetteront pas souvent et heureusement, le gameplay des combats étant finalement assez moyen, vous taper dessus, de temps en temps une ombre arrive à vous mettre à terre, mais vous vous relevez, vous courrez après l'ombre qui a chopé la fillette et vous lui faites sa fête. Si l'ombre a pris de l'avance et que la fillette a commencé a s'enfoncer dans le trou noir, pas de panique, vous lui attrapez la main et vous la sortez de là.

Je suis généralement quelqu'un de sensible qui arrive sans trop de problème à m'attacher à des personnages même sortis d'un jeu vidéo. Je me souviens sans problème du sentiment de panique de Trip dans Enslaved la première fois qu'elle voit arriver un chien et qu'elle nous supplie de l'aider ou encore j'ai été envouté par l'attachement entre Tepeu et le Majinn dans Majinn And The Forsaken Kingdoms ou dans n'importe quel jeu en fait où l'on doit observer le héros s'attacher à des PNJ ou autre... Mais là... Non. En fait, je ne vois pas pourquoi on devrait s'attacher à cette fille. Bon ok, on joue un petit garçon innocent qui cherche sa maman (psychologie de comptoir) ou sa soeur (méga psychologie de comptoir) ou son futur objet sexuel (pervers de comptoir), mais je n'ai pas trouvé le petit quelquechose qui fait qu'on s'attache. Du coup, cette jeune fille n'est juste qu'un boulet qui se justifie par l'ouverture des fameuses portes et 2 ou 3 fois dans le jeu parce qu'on a besoin d'un boulet justement pour poser sur des interrupteurs. Sur la fin, un début de sentiment d'amitié commence à émerger mais... C'est la fin...

Et cette fin survient rapidement, très rapidement, comptez 5/6 h si vous n'êtes pas un rapide (un peu comme moi). Mais heureusement en fait, si j'ai apprécié les 2/3 premières heures, le reste du jeu fini par s'éterniser, j'ai eu l'impression de faire un donjon type Zelda mais qui s'éterniserait un peu trop. Ce n'était pas désagréable non plus, mais pour un jeu qui fait parti de ces jeux mythiques dont je parlais en début d'article, je n'ai pas pu m'empêcher d'attendre ce grand moment qui fait les grands jeux et force est de constater que si ICO n'est pas non plus un mauvais jeu, ce grand moment n'est pas arrivé chez moi. Le jeu reste honnête malgré tout, je lui mets un 6.

Du coup, comme SOTC mérite lui son 8, je mets une double note, 6 à ICO et 7 à la compilation HD (moyenne entre le 8 de SOTC et le 6 d'ICO pour ceux qui n'auraient pas compris.

ICO

Conclusion

6Prenez un donjon d'un Zelda, demandez à une fille de vous accompagner, faite le durer 3 fois plus longtemps qu'un donjon classique et vous avez ICO. Pas un mauvais jeu, un moment sympathique à passer pas bien long et pas forcément super passionnant mais pas désagréable non plus.

Compilation ICO & Shadow Of The Colossus HD

Conclusion

7Si ICO est un sympathique donjon à parcourir, SOTC reste un jeu vraiment intéressant au niveau du gameplay et particulièrement épique. La réédition HD permet de les découvrir ou de les refaire dans de meilleurs conditions (enfin un framerate descend pour SOTC) et ma foi, ce n'est pas désagréable.


Publié le 23 Octobre 2011 à 10:16 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer