Sekiro Shadow Die Twice

Je n'ai rien contre les jeux difficiles, je suis plutôt respectueux du travail de From Software... Enfin, comme beaucoup de monde, le From Software post Demon Souls, les trucs un peu merdiques qu'ils ont fait avant, je ne connais pas.

Un jour, une solde Steam, un Dark Souls à 7€50, on tente le coup, 300h plus tard, il faudra se rendre à l'évidence, j'ai vraiment apprécié le jeu, même s'il faudra quelques années pour se rendre compte de son impact sur l'appréciation globale du jeu vidéo.

Du coup, j'ai acheté une PS4 en grande partie pour Bloodborne et je ne regrette pas.
En dehors de ça, j'ai tenté les Soul's like, Lords Of The Fallen, The Surge, dans une moindre mesure Darksiders 3, voir certains A-RPG connu pour leur exigence comme Elex.
Je ne dis pas ça pour démontrer que j'ai un certain skill, j'en manque singulièrement, je le sais, ça ne s'arrange pas avec l'âge, on va dire que je me débrouille, mais je ne suis pas du genre à me laisser aller à la fanfaronnade. J'en chie régulièrement mais quand les jeux sont bien faits, je trouve toujours un moyen de m'en sortir.

E3 2018, From Software annonce un nouveau jeu, multi-plateforme en plus (on va pouvoir y jouer sur PC et ça c'est cool). De plus, il parait que le jeu était un Tenchu au départ, je ne connais pas la licence, mais elle est connue pour être une licence orientée infiltration, génial, ça tombe bien, encore un jeu exigeant mais où je devrais pouvoir m'en sortir, d'autant que le jeu est édité par Activision qui ne se risquerait sans doute pas à éditer un jeu réservé aux hardcore-gamers... Enfin, tout ça c'était juste des suppositions...

C'est Dark Souls au Japon ?

Alors non, ce n'est pas Dark Souls au Japon.
Il n'y a pas de feu de camps ?
Non, enfin si, il y a des statues où on se repose, qui rechargent nos fioles d'estus... euh pardon, notre gourde médicinale et qui font réapparaître les ennemis dans la zone courante.
On ne gagne pas de l'expérience en tuant les ennemis ?
Non, enfin si, on gagne de l'expérience, mais ça ne sert qu'à faire monter une barre pour ensuite acheter des compétences, actives (nouveau coup) ou passives (amélioration de notre avatar).
On ne perd pas tout quand on meurt pour aller le rechercher ensuite ?
Non, on ne perd que la moitié... cool... mais le reste est perdu, définitivement... Tout comme l'argent qu'on avait sur soit... Autant dire que si vous perdez en boucle sur un ennemi, vous perdrez tout rapidement. Argent qu'on récupère une fois les ennemis tuer en maintenant X ou carré... Pourquoi ? Aucune idée.
Il n'y a pas différents builds ?
Non, pas vraiment. L'arbre de compétence permet de se spécialiser un peu, mais rien à voir avec Dark Souls, on est plutôt dans un système d'acquisition de compétence proche d'un BTA classique.

Bref, l'héritage des jeux From Software est évident comme le nez au milieu de la figure, mais rien que sur certaines mécaniques de base, on voit bien qu'ils ont voulus faire différent des Souls pour le meilleur comme, pour certains joueurs, surtout pour le pire.

Je trouve ça vraiment très joli.

Batman ou Spider-Man ?

La nouveauté du jeu qui saute rapidement aux yeux, c'est bien sûr l'infiltration, forcément vous commencez le jeu sans arme et le tutoriel aura pour but de vous démontrer l'intérêt de l'infiltration.

Passé ce tutoriel, vous aurez accès à votre prothèse qui peut se transformer en grappin ou en tout un tas d'autres choses grâce à ce que vous trouverez en jeu. Dont la grosse hache bien badass des premières vidéos du jeu. Malheureusement, sachez tout de suite que l'utilisation de la prothèse, en dehors de sa fonctionnalité de grappin, est limitée. Pas question d'essayer de nettoyer une zone à la hache, vous avez un nombre d'utilisation définie qui ne se recharge qu'au feu de camp... à la statue de Boudda pardon. Autant on comprendra l'intérêt quand la prothèse est en mode shuriken, pour éviter d’enchaîner les ennemis à distance, autant pour un simple coup de hache, c'est déjà peut-être moins évident, d'autant que le temps de mise en oeuvre est déjà là pour nous rappeler que ce n'est pas une bonne idée de l'utiliser en permanence.

Cela dit, contre certains ennemis, elle sera très efficace voir quasiment indispensable.
Grâce à ce grappin, le level design se permet quelques folies sur la verticalité et c'est plutôt une réussite. Même si malheureusement, le grappin aura une utilisation limitée, pas par votre capacité à l'utiliser, mais parce qu'il ne pourra s'accrocher qu'à quelques endroits où les développeurs ont bien voulu que vous vous y accrochiez. Certaines zones sont un véritable terrain de jeu pour jouer à Spider-Man. D'autres sont plus limitées et vous indiquent clairement qu'il n'y a qu'un ou deux chemins possibles.
Niveau infiltration, l'IA des ennemis ne brille pas, on aura les situations classiques du genre tuer un ennemi à 10m d'une autre mais qui ne réagit pas et à contrario d'autres ennemis vous verront à 300m et sonneront l'alerte avant que vous n'ayez pu identifier le 3 pixels sur l'écran.
Le gros avantage de l'infiltration reste que sur certains boss ou mid-boss, qui possèdent plusieurs barres de vie, il sera possible de supprimer la première.

Techniquement, le jeu est correct. Il n'affiche rien d'extraordinaire non plus, mais l'esthétique fait le job, je préfère ça perso et au moins grâce à ça, sur PC, ça tourne en 1080p/60fps sur ma petite 1070 qui va bientôt fêter ses 3 ans l'air de rien.

Décors propice à jouer à Spider-Man...

Il rencontre un boss et là, c'est le drame !

Le système de combat du jeu est particulièrement gratifiant et plutôt jouissif. C'est à base de contre et de déviation avec une fenêtre assez large sur les ennemis de base du jeu.
En cas de mort, on a le droit à une résurrection (d'où le titre du jeu) où l'on revient avec la moitié de sa barre de vie. Vu qu'on perd systématiquement et définitivement la moitié de ce qu'on a sur soit, ça peut sauver certaines accumulations d'expérience qu'on a péniblement mis de coté pour débloquer une future compétence.
Jusque là, le bilan était plutôt très positif, le jeu étant même singulièrement simple pour un jeu From Software... et c'est à ce moment là que le jeu vous fait rencontré un mini boss...
Les premier mini boss sont plutôt chouettes en fait, assez exigeants mais ils font appel au contre, à la riposte, etc. on a limite le sentiment d'être dans un jeu de combat. Mais ça va vite changer, même si vous retrouverez ce type de mini boss plus loin dans le jeu.
Certains boss laissent alors apparaître des patterns qui font ressortir tous les défauts habituels des jeux From Software. Des hitboxs ultra large pour les ennemis, le lock qui se coupe, la caméra qui n'en peux plus rendant certains combats dans des endroits exiguë absolument injouable dès qu'on s'approche d'un mur, etc. On rajoute à ça des timings très exigeants et je me suis retrouvé à ré-enchaîner certains mini boss X fois où X est un nombre à 2 chiffres.
Bien sûr, ces défauts sont également présents dans les précédentes productions du studio, mais jusqu'à maintenant, les jeux étaient suffisamment équilibrés pour passer outre.
Une fois l'épreuve passée, vous pourrez continuer à profiter du jeu et de tout ce qu'il réussi plutôt bien... jusqu'au prochain boss ou mini boss, encore que j'ai trouvé personnellement globalement les boss moins durs que les mini boss (sachant que je ne les ai pas tous affrontés).
Et en ce qui me concerne, c'est devenu un calvaire. Les quelques minutes à prendre du bon temps sur le jeu se sont retrouvés totalement éclipsés par le calvaire des rencontres frustrantes.

Un boss est caché sur ce screen, où est Charlie ?

Il y a quelques mois, un journaliste appelé Takahashi s'était fait descendre sur Internet parce qu'il avait échoué au tutoriel de CupHead, un autre jeu exigeant a priori (je n'ai pas testé). Cela explique sans-doute la peu de mise en avant de cette donnée dans la réception critique du jeu. Les journalistes ne voulant surement pas subir le même sort et se trainer une réputation de casual sur satan Twitter.
Mais je ne suis pas journaliste et je ne joue pas pour fanfaronner ensuite comme quoi j'ai fini tel ou tel jeu. From Software m'avait habitué à des jeux exigeants, mais équilibrés aux multiples solutions pour s'en sortir, avec l'ultime aide pour ne pas rester frustrer d'appeler un PNJ en secours voir un autre joueur sur certains boss.
Sur Sekiro, ils ont oubliés cet équilibre tout en faisant abstraction de plusieurs modes de difficulté comme le font tous les jeux depuis des décennies.
Il en résulte dans mon cas des heures de frustration que n'arrivent plus à compenser les qualités du titre.
A l'heure où je rédige cette critique, je n'ai pas fini le jeu. J'ai commencé à écrire cette critique, j'en étais à 20h, j'en suis désormais à une quarantaine et mon avis n'a pas changé. J'ai découvert de nouveaux environnements, j'ai rencontrés de nouveaux boss et demi boss, j'ai bien noté que j'étais de plus en plus doués et j'ai même réussi à occir certains mini boss du premier coup, mais j'avance dans le jeu désormais dans la crainte du prochain.

Le jeu a bien des qualités, assez évidentes, certains passages vraiment sympas, certains panoramas magnifiques, une ambiance particulière comme sait le faire From Software, j'aurais tellement envie de l'aimer, mais à parcourir ces décors la peur au ventre du prochain blocage frustrant, je n'en ai plus profité.

Comme ici on est sur un blog où on donne notre avis et pas sur un site de JV à valeur de guide d'achat, je donnerais 5 au jeu. Je pense sincèrement que certains sites de JV auraient du mieux faire leur boulot de mise en garde sur la difficulté du titre plutôt que d'accorder un certain passe-droit à From Software qui aurait tout simplement remédié au problème avec plusieurs modes de difficultés, même basiques (du genre de multiplier nos PV dans un mode facile)

Conclusion

5Le jeu est plutôt beau esthétiquement, techniquement, ce n'est pas fou mais ce n'est pas honteux, à jouer il est plutôt plaisant, mais tout ça, seuls les joueurs doués ou ayant une grosse tolérance à la frustration en profiteront réellement. Si vous faites parti de ceux là, tant mieux pour vous, ce n'est pas mon cas. Un mode facile, ça aurait tellement été simple pour mettre tout le monde d'accord.

Mise à jour plus tard...

J'ai malgré tout continué à avancer sur le jeu. Pourquoi persister ? Je ne sais pas, le masochisme un peu sans doute... Par volonté de mieux rentabiliser un jeu acheté plein pot également. Mais surtout, j'ai décidé de jouer de façon un peu casual, fini les séances de 2/3h bloqué sur un boss, je lançais le jeu, je me baladais, ça pouvait être assez long, chouette balade, et de temps en temps quand je bloquais, je n'insistais plus, je quittais et je relançais plus tard. Ça rendait la frustration un peu plus digeste.

Autre petit tips qui a fonctionné chez moi au passage, j'ai branché le dual shock 4 sur mon PC, ça rend le martelage de L1 beaucoup plus agréable que le clic clic du LB du pad XBox One.

Alors oui, je reconnais que je suis resté bloqué de moins en moins souvent, je me suis mis à un peu mieux jouer et pas mal de demi boss que j'ai rencontré par la suite sont morts au premier essai ou au premier retour.

Est-ce que je ressens un immense sentiment de satisfaction unique qui transcende le JV comme certains peuvent le dire ? En fait non, toujours la même "simple" satisfaction que je peux continuer à avancer dans le jeu. Ayant eu le succès "Visiter toutes les zones du jeu", j'ai visiblement au moins réussi à voir tout ce que le jeu avait à proposer en terme d'environnement.

Signalons d'ailleurs que dans le dernier environnement, particulièrement réussi esthétiquement, le jeu offre ce qui sera pour moi le meilleur combat de boss du jeu, épique, immense, grandiose, superbe et... facile, à base de quelques patterns très simple à comprendre qui ne demande que très peu de réflexe et de martelage de L1. Comme si le jeu avait eu envie de me dire en fin de jeu "tu avais raison Winter, y'a pas besoin de faire chier les joueurs à boucler 3h sur un boss pour faire un combat de boss mémorable". Puis j'ai fini par arriver au boss de fin que je n'ai pas réussi à passer malgré une réussite du premier coup sur la première phase. Mais je ne pense pas que je le passerais, j'insisterais encore une ou deux fois et basta, il n'y a plus rien à voir derrière en terme de balade.

Et donc, malgré les heures s'accumulant, ayant quasi atteint la fin, comme prévu, mon avis n'a pas changé. Le jeu offre des petites choses plutôt sympas que j'ai découvert après avoir rédigé mon premier avis, mais rien qui ne change radicalement ou même sensiblement ma vision du jeu. Ca aurait pu être une tuerie, ça restera dans ma mémoire comme un jeu moyen à cause de ses nombreux défauts que l'on ne peut plus pardonner en raison de l'exigence du gameplay, même si ils étaient déjà présents dans les précédentes productions de From Software (je ne peux pas croire qu'à From Software personne ne ce soit dit "ça va pas un peu vite avec notre gestion merdique de la caméra ?"), le principal défaut étant l'équilibrage entre la simplicité de la balade face à la difficulté des boss et demi-boss.


Publié le 2 Avril 2019 à 12:39 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Éditeur(s)
Développeur(s)
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer