No More Heroes

Hop hop hop, encore un petit test d'un jeu Wii. En ce moment, je carbure, il faut dire que je suis en congé paternité, donc, comme un bébé ça dort beaucoup et que, contrairement à son arrivé en aout, j'ai un peu plus de temps, j'en profite pour avancer les jeux que j'ai en cours.
Bref, après le génial Disaster, l'honnête StarWars, voici venir mon avis objectivement subjectif sur No More Heroes.

Donc, No More Heroes est un jeu sorti en mars 2008 chez nous autre français. Seulement moi, j'ai attendu octobre pour l'acheter, et oui... Pourquoi ? D'abord par principe parce que le jeu a été censuré dans sa version européenne et que je ne suis pas du genre à m’embêter avec toutes sortes d'artifices genre Freeloader/Puce/Gecko OS pour faire fonctionner un jeu en version étrangère. Ensuite, parce que je n'achète qu'un jeu à la fois, ça peut être 2 ou 3 par mois, mais un seul jeu par "courses", et que No More Heroes est sorti à peu près en même temps que Bully et comme je devais choisir entre les deux et que donc No More Heroes subissait cette fameuse censure, j'ai choisi Bully ce jour là.

Petite parenthèse d'ailleurs, pour sourire aux nez de ceux qui ont la mémoire courte qui rigolent sur une prétendue famine sur Wii alors qu'en début d'année 2008, quand les autres consoles ont eu le droit à un seul hit en 6 mois (GTA 4), sur Wii on en avait un ou deux par mois. Du coup, une petite pause de hit (quoique Disaster...) permet de rattraper son retard. Ca va me permettre d'acheter Zack & Wiki tiens. Enfin passons.

Bref, en octobre, je tombe sur No More Heroes à 30€ à Carrefour en me promenant par hasard au rayon Wii en allant acheter les couches pour ma fille et je saute le pas, tant pis pour l'absence de sang.

No More Heroes représente bien ce que, personnellement, je ne supporte pas dans les jeux vidéos. Un jeu donc la réputation est faite avant même sa sortie garce à son chef de projet. C'est une manie qui m'horripile personnellement, que ça soit Suda 51, Miyamoto, Kojima ou Molineux, j'ai toujours trouvé que c'était une attitude plutôt ignorante que de sacrifier la qualité d'un jeu sur l'autel d'un seul homme. D'ailleurs, ça arrange l'homme en question quand le jeu est une réussite (qui a dit Zelda Twilight Princess ?), mais quand le jeu fait un bide, on voit tout d'un coup fleurir tout plein d'excuse du créateur pour se justifier. En ce moment, par exemple, on a Miyamoto qui commence à raconter qu'il n'a finalement pas beaucoup participé à WiiMusic et que ça n'a pas été très long à développer.


No More Heroes a eu le droit aussi à son revirement de situation de son "chef de projet", mais j'y reviendrais à la fin.

Bon, spa tout ça, mais je raconte ce qu'il me passe par la tête mais j'ai toujours pas aborder le plus important, le jeu.


Alors, il était une fois, un branleur qui se chope un sabre laser sur Ebay et qui rencontre une fille dans un bar. Plutôt que de se choper une chaude-pisse avec cette fille, il dégote un contrat pour buter un gars. Il le tue et rentre de facto dans une liste des 11 meilleurs tueurs de la planète. Le pauvre n'a plus le choix, soit il continue pour devenir numéro 1, soit il attend qu'un autre puceau qui pourrait se dégoter une sulfateuse sur Ebay tente de devenir numéro 11. Il flippe, il abandonne et part s’exiler au tibet. Game Over.

Non bien sûr, il décide de devenir numéro 1, en plus, avec un peu de chance, si il fait preuve de courage, qu'il montre que c'est un caïd qui a des grosses coronès, il pourra se taper la demoiselle qui lui file ses contrats. Voilà donc le jeu se lance, on sait qu'il y aura 10 autres bonhommes vilains à tuer.

Je n'étais à première vue pas très emballé par ce jeu, graphiquement, le style est spécial, ce n'est ni photo-réaliste, ni du cell shading et les screens ne rendent pas honneur au jeu car en fait, en mouvement, les personnages sont splendidement rendus, on a des décors "réalistes" (réalistes mais rendu technique équivalent à du GTA 3 PS2) avec des persos rendus avec un espèce d'effet rotoscopique qui rend vraiment bien si ce n'est l'aliasing qu'on ne peut pas ne pas voir.

Je commence donc ma partie, je fais quelques combats et là, il se passe un truc... C'est grisant.
Voilà, c'est banale mais je n'ai pas trouvé de superlatif plus approprié, chaque combat est grisant, on ressent une espèce de satisfaction à chaque ennemi tué. Il faut dire que le jeu exploite vraiment intelligement la Wiimote. Pas d'artifice (à la StarWars : LPDLF), les coups de sabre sont donnés simplement en appuyant sur A mais pour chaque ennemi, 2 solutions : quand l'ennemi est assomé, on appuye sur B, là se lance un finish mode "prise de catch" où il faudra mimer les gestes de la prise qui se reproduiront à l'écran, deuxième solution, le jeu vous indique la direction de la Wiimote (Nord/Sud/Est/Ouest) et d'un coup de Wiimote, tel un sabre, vous finissez l'ennemi. Ca n'a surement l'air de rien à lire comme ça, mais c'est d'une efficacité redoutable et ça apporte un plaisir indescriptible. Quand on joue au pad ou au clavier/souris, il y a toujours un moment sur la fin d'un combat/shoot/autre où on finit par se lâcher sur le périphérique, on martèle le bouton de la souris, le bouton carré, etc. comme pour marquer la fin, comme si physiquement notre corps avait besoin de faire un dernier effort de rage. L'utilisation de la Wiimote dans No More Heroes, c'est ça, on combat de façon classique grâce à quelques boutons et pour finir l'ennemi, on donne ce fameux dernier effort physique qui fait la différence, qui soulage, qui représente un "PRENDS CA DANS TA GUEULE !!!". Et ça recommence à chaque ennemi, c'est dément.

Entre chaque vilains assassins à tuer, on fait plusieurs choses, on se retrouve dans une ville façon GTA-Like où l'on doit accomplir des petits jobs "ménagers" ou des missions d'assassinat servant à gagner de l'argent pour s'offrir différentes choses. On peut s'acheter des fringues, des vidéos, des cours en salle de sport, plusieurs nouveaux sabres lasers (4 si je ne me trompe pas + des pièces pour chaque servant à les améliorer) et surtout, payer ses frais d'inscriptions pour le boss suivant.

Quand No More Heroes est sorti, j'ai lu tout un tas de diminutif et de critique sur ces passages dans Santa Destroy, du coup, j'avais vraiment peur et en fait, c'était pas si mal.
Loin d'être la cata comme je m'y attendais, je m'y suis même plutot amusé. Du coup, à partir du deuxième boss, j'aurais put filer en ligne droite jusqu'au boss final, j'avais fait et refait les missions remplissant mon compte en banque et me permettant à chaque fois de m'inscrire à la réception du fax (fax indiquant la somme pour affronter le prochain boss). Heureusement, les missions ne sont pas toutes accessibles dès le début du jeu, du coup je n'ai pas filé en ligne droite, surtout que comme je dis juste au dessus, je prenais vraiment un malin plaisir à me balader dans cette ville pour faire toutes ses petites missions. La Moto au départ semblant incontrolable se maitrise petit à petit et je finissais pas trouver ça vraiment sympa d'aller d'un bout à l'autre de la carte pour chercher tous les petits bonus.

Au final, No More Heroes aura été, une fois de plus, un jeu dont je n'attendais pas grand chose et qui pourtant apporte un genre de sensation de puissance rare dans le jeu vidéo. De plus, son exploitation originale et efficace de la Wiimote a tout pour en faire un des meilleurs jeu sur Wii (voir de 2008 toutes plateformes).

Malgré tout, j'ai quand même ressenti un manque. Tout est là dans NMH, le coté grisant des combats, les missions variées pour se détendre, etc. mais il manque tous ses petits plus qui font la différence entre un grand jeu et un jeu culte. On ressent perpétuellement le manque de moyen ou de temps (ou les 2).

Les missions par exemple, vous n'aurez à les faire qu'une fois, elles ne varient pas comme pourraient varier les missions taxis d'un GTA. D'ailleurs, par rapport à GTA, vous êtes beaucoup moins libre, vous ne pouvez pas voler de voiture, vous ne pouvez pas tuer de gens dans la rue, tout juste les bousculer en voitures. Pas que je sois un psychopathe, mais comme ramasser de l'argent est primordial dans le jeu, je trouve dommage qu'on trouve de l'argent dans les poubelles et qu'on ne puisse pas sortir son sabre dans un lieu chic pour se faire quelques bobo. Toujours au niveau de la ville, le nombre de véhicule est assez restreint, on retrouve toujours les même, vous pouvez foncer avec votre moto sur une voiture de police, elle continuera son chemin dès que vous lui céderez le passage. D'ailleurs je n'ai pas souvenir d'avoir vu un seul policier dans le jeu.

Bref, quand on y pense, on ressent ces manques à gauche ou à droite. Ca ne gène pas vraiment le jeu, les inter-combats sont sympas, les combats sont géniaux, mais justement, c'est là que le bas blesse, avoir un aspect tellement hors du commun sur certains points et d'autres tellement linéaires et limités.
D'ailleurs, je parlais tout à l'heure des chefs de projet qui retournent leur veste. Suda 51 après la sortie du jeu a déclaré que le gameplay aurait été plus travaillé si le jeu avait été développé pour la XBox 360. Il n'en fallait pas plus pour alimenter le forum concon de GK, mais quand on joue au jeu, on se dit que c'est une vaste blague. Sachant que développer un jeu sur PS360 coute plus cher, forcément, on se demande ce que serait devenu ce jeu fantastique avec des persos mieux modélisés et un budget réduit pour tout le reste. Ce qu'il manque au jeu est d'ordre du timing ou du financement, surement pas d'être sur Wii. Surtout que, comme d'habitude, le pad n'aurait jamais put reproduire le coté grisant des "finish" lors des combats.
Vu que Suda 51 n'est surement pas un ignare du développement, à mon avis, ce qu'il a voulu dire, c'est plutot que le jeu aurait été meilleur si on lui avait offert le même budget qu'on offre aux développeurs de jeu sur XBox 360.

Bref, le jeu m'aura pris aux alentours de 17h pour le finir et voir la vraie fin. Comme un ane, après avoir battu le boss final, au moment de sauver, j'ai fait non. Là s'offre le choix de voir la fin ou de voir la vraie fin, du coup, je n'ai pas vu la fin "classique", je n'ai vu que la vraie fin qui réserve une grosse surprise quand même.

Et hop, ma note. J'ai longtemps hésiter. 9 ? 7 ? 8 ? Le jeu n'aura pas 9 parce qu'il ne faut pas oublier les défauts...
Je lui aurait bien mis 7 pour sanctionner ce manque de budget ou de main d'oeuvre flagrants sur certains points mais je préfère lui coller un 8 parce qu'au final, il représente vraiment une expérience particulière et les manques ne sont au final qu'anecdotiques et ne nuisent pas profondément à mon plaisir de jeu, on les regrette juste à la fin quand on finit le jeu en moins de 20 heures, ce qui n'est pas beaucoup pour un jeu dont la majeure partie semble vouloir être un GTA Like.

Conclusion

8No More Heroes est un jeu qui ne me fesait pas envie, ni en screens, ni en vidéo, que j'ai fini par acheter à bas prix et qui finalement représente une expérience aussi originale que grisante. Un jeu à essayer absolument car sans réelle concurrence et inappréciable autrement que Wiimote en main. On regrettera juste un manque de budget ou de temps perceptible sur certains points.


Publié le 12 Novembre 2008 à 09:26 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer