Marvel's Spider-man

Le contexte

Rarement un contexte n'aura été aussi important. Car voilà, j'aime beaucoup la licence Spider-man. C'est un des premiers super-héros que j'ai connu étant petit, mes premières B.D., etc.
Bon, passé 10 ans, j'ai arrêté de lire des B.D., mais ça reste des souvenirs de mes premières rencontres avec les super-héros.
Attention, j'ai arrêté... je ne sais pas pourquoi, c'est juste que ça m'ai passé, je ne suis pas en train de dire que les B.D. c'est pour les enfants, je ne suis pas de ce genre de personne à lier une activité à un age, j'ai 42 ans, je suis passionné de jeux vidéos, ça aurait pu être la B.D.

Du coup, j'ai fait pas mal de jeux vidéo Spider-man, même ceux à la réception critique discutable comme l'Ombre de la toile et surtout The Amazing Spider-man et sa suite beaucoup moins réussie et je dois dire que The Amazing Spider- man m'a vraiment marqué positivement, je pense que si j'avais fait une critique à l'époque, je lui aurait sans doute mis 8.

L'histoire

Ce nouvel opus va donc nous raconter une histoire de plus pour Peter Parker quelques années après... après on ne sait pas quoi en fait, c'est un premier opus d'un univers parallèle qui se déroule dans un monde où Peter Parker toujours aussi paumé a largement dépassé la vingtaine, il a toujours des problèmes d'argent, Marie-Jane n'est plus sa petite amie, ils ont rompus visiblement.
Niveau super-vilains, beaucoup sont en prisons comme on s'y attend mais le plus important de tous n'y est pas encore et si vous ne devinez pas qui ça sera au bout d'une heure de jeu, c'est que vraiment vous ne connaissez rien à Spider-man. Ca ne sera pas forcément un mal pour le coup.
D'autant que si on voit venir le grand méchant de l'histoire rapidement, personnellement, je n'aurais pas vu venir le premier super vilain... si Sony ne l'avait pas bêtement spoilé aux premières présentation du jeu à l'E3. Le pire, c'est qu'il a été spoilé à l'E3 dans une séquence du jeu où il n’apparaît plus dans la version finale du titre.

Tout ça dans le plus beau New-York jamais vu

Les développeurs du jeu nous ont donc concoctés un New-York plus vrai que nature en utilisant assez bien la bécane sur laquelle le jeu est exclusif, la PS4, New-York est réaliste. Tout un tas d'artifices sont fait pour rendre le jeu plus beau que les précédents New-York des anciens jeux. On peut même s'approcher des fenêtres et voir des appartements qui semblent réellement modélisé vu vite fait. Vu vite fait parce qu'au bout de la dixième cuisine qui ressemble à une cuisine témoin Ikea en construction parce que même Ikea meuble mieux ses cuisine de démo, l'illusion fait moins effet. Et ne comptez pas y voir de la vie, ou alors je n'ai pas eu de chance et y'a bien de la vie quelque part ? Je ne suis pas tombé sur les bonnes fenêtres ? Ca aurait été bien parce que voir toutes ces pièces vides alors qu'allumées, ça n'envoie pas un super message écologique.

Deux pièces vues de l'extérieur, ce n'est plus une bête texture, mais ça fait vraiment copier/coller. Notez la jolie porte à gauche qui donne sur le vide.

M'enfin, je suis mauvaise langue, c'est sans doute le premier Spider-man où les fenêtres ne sont pas simplement des textures pour faire semblant de loin. Mais au final, quand vous swinguerez d'un immeuble à l'autre grâce à votre toile, ça ne changera pas forcément grand chose non plus. Et puis c'est un peu le minimum qu'on est en droit d'attendre d'un jeu exclusif et non cross-gen (The Amazing Spiderman 2 est également sorti sur PS4, mais c'était un portage vite fait du jeu PS3).

Si techniquement c'est une réussite, esthétiquement, ça sera plus discutable, un décor plein de gratte-ciels, ce n'est pas forcément ce que je trouve de plus joli, surtout que ça commence à faire pas mal de jeux Spider-man où c'est utilisé comme décor, même si c'est plus joli ici de prêt. Ca a l'avantage d'être un décor tout en hauteur, parfais pour les déplacements de notre héros.
Nul doute que ceux qui connaissent réellement New-York seront ravis de la reproduction et iront se promener dans le jeu dans les endroits qu'ils connaissent en vrai et que les décors seront plus marquants pour eux.

On sera également déçu de ne pas pouvoir observer un joli couché de soleil où on pourrait admirer les PNJ rentrer chez eux et les lumières s'allumer au fur et à mesure de la fin de journée des travailleurs. Le jeu ne disposant pas d'un cycle jour/nuit. L'heure de la journée étant fixée par certaines missions et votre avancé dans le jeu.

C'est plutôt joli la nuit, dommage que quand c'est la nuit, ça reste la nuit...

On va chasser plein de super-vilains ?

Dans ce New-York, on va chasser plein de super-vilains... dans des combats mous dans un schéma répétitif.
Oui car le système de combat, repris des premiers Assassin's Creed/Batman, en gros : tape - tape - esquive - tape, n'est pas mauvais du tout, voir plutôt bon quand on s'attaque aux malfrats divers du jeu, il apporte des sensations très correctes et au fur et à mesure du jeu, plusieurs variantes grâce aux gadgets et aux compétences qu'on débloque.
Du coup on se serait dit que les boss auront leur propre barre de vie et qu'on aurait tout le loisir d'utiliser nos gadgets contre eux pour la faire descendre... Mais non. Les boss seront battus par un schéma quasi similaire à chaque fois sans faire particulièrement briller le système de combat, le même schéma que pour le boss du tutoriel, que je vous laisse découvrir. Il n'y a déjà pas beaucoup de surprise, je ne vais pas la gâcher totalement non plus.
C'est un peu dommage car la palette de super-vilains est assez chouette et ils sont de premier abord assez nombreux, mais faute de vraiment faire varier les combats de boss, le jeu ne trouvera rien de mieux dans son dernier tier que de nous les faire les enfiler deux par deux. Bonjour le message qui s'incruste : ils sont tellement mauvais et anecdotiques qu'on peut les tuer en groupe.

Entre deux méchants, on fait quoi ?

Entre deux super vilains, on se balade et on débloque des tenues... Oui, la plus grosse carotte du jeu est une collection de tenues qui rendra sans doute fou les fans les plus hardcore de la licence. Les autres seront peut être plus sceptiques face à pas mal de tenues à la limite du mauvais goût et à l'intérêt très discutable voir complètement hors sujet (sauf si on est un supra fan hardcore sans doute).
Personnellement, j'aurais préféré des tenues contextuelles pertinentes. Comme la première tenue du jeu (enfin la première qu'on débloque, la vraie première étant plus classique et la seconde étant la première dans un sale état) et une autre plus tard qui débarquent parce que le jeu l'exige et justifient leur existence via le scénario.
Mais voilà, pour débloquer ces tenues, il va falloir collecter des jetons, de différents types qu'on collecte en faisant différentes activités et c'est là le plus gros défaut du jeu.

Encore un...

Tout comme Horizon, l'autre grosse exclusivité de l'année dernière de Sony, ce Spider-man est un open-world à checkpoint de plus. Le hic, c'est que c'est un de plus pour la licence et un de plus qui se déroule dans New-York.

Pour débloquer les fameuses tenues, il va falloir faire des activités marquées sur la carte, que vous verrez une fois que vous aurez débloquer des tours qui dévoilent la map et différents points d'intérêts avec la petite musique qui va bien et le travelling rotatif de caméra pour donner un coté épique au déblocage. Sauf que si ça fonctionne sur certains jeux où effectivement le décor est épique, là ça fait un peu flop au bout du troisième poste de police entouré d'immeuble en plus de faire réchauffé de manière plus générale dans le monde vidéo-ludique.
Certaines activités n’apparaîtront sur la map qu'une fois passé certaines missions du scénario et à la fin on se retrouve avec des activités en masse partout sur la carte.

L'intérêt de ces activités sera surement très subjectifs, mais personnellement, j'ai un avis très mitigé sur les deux tiers d'entre elles. Ca va du débouchage de canalisations à la poursuite de pigeons accompagné de défis chronométrés qui ne semblent être là que pour montrer que le système de déplacement manque de précision dans certaines situations.

Alors bien sûr, toutes ces activités sont facultatives, mais à cause du système de déblocage de tenues, vous pourrez vider toutes les bases ennemis (activité qui a du sens), si vous n'avez pas de jeton "recherche" qu'on obtient par divers mini-jeu façon PipeMania ou en chopant des pigeons qui tentent de s'échapper, vous ne pourrez pas débloquer telle ou telle tenue. N'oubliez surtout pas non plus de répondre aux multiples sollicitations qui pointeront leur nez au détour de vos voyages sinon vous pourriez manquer de jetons de crimes pour améliorer vos gadgets ou débloquer la prochaine tenue qui s'offrira à vous.

Il aurait été si simple d'utiliser un système de jeton unique pour que les joueurs puissent faire uniquement les activités qui les intéresse. Là les développeurs donnent quand même l'impression d'avoir développer tout un pan du système de jeu pour nous forcer à faire des choses pas forcément super intéressante. Peut-être pour obliger à un peu de variété.

Go ! sur les missions principales

Vu l'intérêt des activités annexes, je pourrais être tenté de vous conseiller de vous contenter des missions principales. Mais même là, si certaines sont réussis, d'autres vous font jouer Peter Parker sans pouvoir (pour ne pas être démasqué) dans différents lieux, d'autres encore vous font jouer deux autres protagonistes pour des phases d'infiltration un peu chiantes quand on joue à un jeu de super héros et les autres ressemblent à des nettoyages de base comme on peut en faire partout dans le jeu, agrémentés de quelques QTE pour ramener des scènes plus épiques dans tout ça. Et enfin il reste les combats de boss dont j'ai déjà parlé.

On jette tout ?

Non, ce Spider-man n'est pas un mauvais jeu. D'abord, je dois le répéter, son monde ouvert est plutôt réussi et il permet de profiter de ce qui est le plus efficace dans le jeu, le système de déplacement. On se croit sans problème dans une grande métropole, les passants ont leur activités, ils sont plutôt nombreux, techniquement, seul jeu Spider-man de cette génération, c'est par défaut le plus beau.
Se balader au bout de sa toile est assez grisant, surtout au début et même plus tard, ça ne surprend plus mais ça n'est jamais désagréable (sauf peut être sur certains défis). L'animation du personnage est de grande qualité et c'est plutôt sympa à voir surtout si on lui colle la bonne tenue à regarder. Faute d'être toutes réussies, il y a du choix et ça sera difficile de ne pas trouver chaussure à son pied.

Les sensations de chutes sont vraiment bien retranscrites.

Les activités annexes bien qu'à l'intérêt discutable se font sans que ça soit trop désagréable non plus, c'est sans intérêt (autre que la carotte des tenues) mais pas trop pénible non plus (sauf peut être sur certains défis).
Enfin l'histoire dans sa globalité se laisse apprécier. Prévisible, pas originale pour un sou, mais ça se suit sans se prendre la tête et la simplicité des phases où l'on joue sans pouvoir sont heureusement assez courtes et vite bouclés tant l'IA des ennemis ferait passer le premier Assassin's Creed pour l'élite de l'infiltration.
Signalons enfin le doublage français plutôt efficace (le coté clown de Spider-man a souvent été très correctement doublé également par le passé), soutenu par une BO également réussie et les nombreux clins d’œil.

Conclusion

6Marvel's Spider-man n'est pas un mauvais jeu, c'est juste un vieux jeu, sans originalité, un The Amazing Spider-man++. C'est un paradoxe, un habillage moderne et réussi, un évident travail profond sur une montagne de détails dont l'animation mais le tout rangé dans des cases de mécanique de vieux jeu, tels les premiers open-world à checkpoint, les Infamous, les Prototype, un Saints Row 4, pas désagréable, qui font le job mais sans pep's quand les dernières exclusivités de la PS4 semblent au contraire essayer de ne pas ressembler seulement à l'épisode précédent en plus beau. Vous pouvez rajouter un point si vous n'avez pas joué à ses prédécesseurs. Il ne reste plus qu'à espérer que la suite corrige ses erreurs, nous apporte des super-vilains plus charismatiques dans des combats plus passionnants et idéalement se passe dans un environnement différent que les trois derniers jeux open-world de la licence. En attendant, ça reste un jeu à faire mais il y a peu de chance selon moi que ça marque grand monde.


Publié le 18 Octobre 2018 à 13:28 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Éditeur(s)
Jeux-vidéo(s)
Plateforme
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer