DeBlob

Le rapport avec le film ?

Pour les gens de mon age, dans la trentaine, le Blob est avant tout un film culte représentant une forme rose gélatineuse mangeuse d'homme. Sorti en 1988, passé à la télé dans les années 90 pour les veinards comme moi qui avaient la chance d'avoir Canal+, The Blob était la parfaite moyenne entre un nanard gore (genre Bad Taste) et un film d'horreur trop sérieux (genre l'Exorciste), sous ses allures donc de film gore, on avait là un film plutot bien fait, Original, assez bien tourné, avec un casting honorable pour l'époque (avec notement Kevin Dillon, le frère de Matt). Bref, un film culte qui vous marque à 14 ans car mieux réalisé que la moyenne des navets que vous regardez à cet age là (qui a dit Freddy ou Critters ?). Ceci était juste une petite parenthèse pour parler du film, qui cela dit mériterait une adaptation vidéo-ludique bénéficiant des bienfaits de la technique HD/PC. Enfin, on peut rêver, jouer une boule rose gélatineuse, ça nécessiterait un moteur physique que les PS360 ne pourraient pas gérer et de toutes façons, ça ne serait pas assez vendeur. Ca manquerait de sex appeal et de phéromones.

Aujourd'hui donc, je fais ma petite review sur De Blob. Pourquoi De d'abord et pas The ? Hé ben justement, surement parce que The Blob est déjà une licence déposé. Alors autant récupérer le titre original De Blob, De au lieu de The, parce que les inventeurs du concept "important" sont des étudiants Néerlandais. A la base, le jeu est donc un Freeware PC où on peut colorier la ville. Un petit lien pour récupérer le Freeware éventuellement.

Ma vision de gamer...

Le jeu étant à la base un Freeware PC, en bon gamer averti, je ne l'ai pas acheté, même si la presse semblait plutot unanimement positive sur ce jeu. Ca m'apprendra à faire passer la politique avant le plaisir de jeu, syndrome typiquement HCG en ce moment.

Pas assez cher mon fils...

Et puis voilà, je vais à Carrefour, de manière pratiquement hebdomadaire depuis que j'ai ma petite fille. Pour acheter des couches, tout ça. Et j'ai toujours ce vieu réflexe de faire un détour, d'abord par le rayon DVD/BluRay, voir les derniers films sortis, puis par le rayon JV, c'est mon parcours à moi, mon parcours d'initiation avant d'aller croiser les vieilles qui bloquent la route avec leurs putains de kaddies au rayon café. Cela dit, Carrefour, il faut oublier pour les jeux au jour J, en tout cas le mien, à chaque fois que j'ai voulu acheter un jeu le jour de sa sortie, il n'était pas dispo en rayon. Apparement, mon Carrefour semble avoir une politique correcte vis à vis de la galerie commerciale et de ses 2 magasins de jeux vidéos, sauf que moi, ça m'emmerde un peu vu que je vais faire mes courses entre 20h et 22h et que ces dits magasins ferment à 20h. Du coup, je sais que si je veux un jeu le jour J, il faut d'abord passer au magasin de JV et ensuite aller faire ses courses. C'est d'un pratique...

Bref, je passe par le rayon JV et je vois De Blob à 28€. Bon, c'est pas encore un Freeware Wii, m'enfin, 28€, moins cher qu'un lait 1er age et qu'un paquet de couche, je le prends.

Il est beau mon freeware...

Bon, après avoir essayer le Freeware, j'avais trouvé le concept sympa mais voilà quoi. Un freeware PC, dans ce monde de technophile, c'est pas bandant. Vous lancez le jeu, la config, les auteurs ont fait l'effort de mettre 3 screens pour résumer le scénar (qui se rapproche plus du film que du jeu d'ailleurs), bref, background 1/10.

Et là, on lance le jeu Wii et on a la première bonne surprise, des vidéos en CG (c'est pas du Final Fantasy non plus), mais bourrées d'humour et qui mettent en place le background de manière intelligente et drole. Bon point pour le jeu.

Et puis on se retrouve finalement en plein milieu d'une guerre dont les ennemis sont des parodies de nazis rebaptisés ENKR qui ont pour but de supprimer tous le bonheur du monde en commençant par le rendre tout blanc, sans couleur. Bon, le scénar se résume à ça grossièrement. Une guerre entre les gentils et les méchants...

Le concept de base...

Le jeu démarre et finalement il n'a pas grand chose à voir avec le Freeware. Les bases bien sûr, il faut "manger" des conteneurs de peinture et l'étaler sur les murs. La géométrie du jeu est même carrément plus basique que le Freeware (d'un autre coté, on va pas demander à la Wii de lutter contre les PC). Et puis nos collègues résistants viennent nous expliquer la situation, nous apprendre nos coups, nous proposer chacun des défis différents. Et petit à petit le background se met en place.

Les batiments comportent moins de polygones que sur PC ? C'est vrai, par contre, quand on les colore, ce n'est pas de la simple coloration, les batiments adoptent des textures colorées (évidement), mais toujours remplis de motif, tantot géométrique, tantot tribaux, mais la simplicité de modélisation des batiments fait que la transformation des batiments n'est que plus flagrante et visible. Quand on colorise tout un paté de maison on libère les pauvres habitants grisiens (habitants de la planète rendu malade par l'ENKR), ils trouvent le courage de sortir des batiments, il ne reste plus qu'à leur passer dessus pour leur retirer leurs armures monochromes. Là le jeu vous affiche un 11/180 et vous commencez doucement à rechercher le moindre paté de maison, à le compléter pour qu'il soit colorié sous tous les angles pour libérer les habitants de tous les pavés, les niveaux avancent, les gardes de l'ENKR deviennent de plus en plus armés, de plus en plus nombreux, nos copains les résistants nous filent des défis de plus en plus dure, chaque résistant à un type de défit particulier, la version féminine du résistant vous demandera toujours de colorer tel ou tel batiment en couleur, la version Schwarzenegger vous demandera plutot d'élimiter les gardes de l'ENKR, la version "Yoda/vieu sage" est là pour vous faire avancer dans le niveau, le petit résistant gamin sera là pour vous faire faire des courses contre la montre. Autant de défis qui varient les situations et qui vous feront gagner du temps car chaque parcours de niveau est limité en temps.

La ville du jeu est divisée en quartier et chaque quartier représente un niveau différent et une nouvelle mission pour la résistance, à chaque quartier "libéré", des défis sont débloqués, course, combats contre des gardiens de l'ENKR, etc.

Les autres concepts...

Et maintenant, parlons du concept de base. Pas parce que je ne l'ai pas assez expliqué, mais parce qu'en fait, on ne parle que de lui, alors finalement, oublions le un peu pour parler plutot du deuxième concept énorme de ce jeu : la piste sonore.
Dans De Blob, au départ, la piste sonore semble être là, comme dans n'importe quel jeu, pour "décorer". Mais le concept veut que plus vous colorez de batiment, plus la piste sonore s'enrichit. Au bout d'un moment, la piste sonore se voit rajouter des pistes, certains batiments rajoutent un son le temps de leur coloration, c'est sublime et varié car jamais la musique n'est identique. On démarre le jeu avec un morceau de jazz ressemblant à de la musique d'ascenseur et certains niveaux et certains thèmes voient arriver les coeurs, c'est magique et génial en jouant. C'est un concept à part entière tellement ça apporte un plus au jeu, on en viendrait presque à chercher des batiments à colorier juste pour entendre un coeur supplémentaire.

Ensuite, ce qui m'a étonné le plus dans ce jeu, c'est que sur le Freeware, j'ai passé 10 minutes, un quart d'heure... allez, 20 minutes et ça m'a gavé. Sur De Blob, le background m'a fait accroché une heure, deux heures et ensuite, je me suis rendu compte que finalement, le concept de base de coloriser les batiments était pratiquement secondaire, en fait, le challenge du jeu ne vient pas de colorier les batiments, ça c'est facile, on se promène dans la rue en tapant contre les murs, je fesais pareil IRL à 20 ans quand j'avais bu :D mais le vrai challenge vient de la maitrise des sauts. Au départ, les sauts sont simples et ça se corsera par la suite, il faudra maitriser le saut, sauter trop près d'un mur et vous deviendrez "gluant", vous permettant de longer le mur quelques instants perpendiculairement au sol à la manière d'un Prince Of Persia, pour passer d'une plate forme à une autre, il faudra vous éloigner assez, mais si vous êtes trop loin, vous louperez votre saut, si vous êtes à la bonne distance, il vous faudra gérer les déplacements du Blob en saut à l'aide du stick, etc. Au final, on se rend compte que le concept de De Blob est un concept vieu comme les jeux vidéo, on est bien face à un jeu de plateforme pur et dur, un vrai jeu de plateforme, à une époque où tout le monde pense le jeu de plateforme mort, où les éditeurs rajoutent de l'action, des méchants, des transformations en loup garou pour tenter de rendre moins monotone ce bon vieu jeu de plateforme 3D, on se retrouve ici face à un vrai jeu de plateforme limite oldschool bourré de concepts classiques et d'autres plus originaux pour progresser et donner envie d'avancer.

Personnellement, j'ai terriblement accroché, un plateformeur qui m'a fait et me fait apprécier ce genre comme je n'avais pas connu depuis Mario Galaxy.

Niveau difficulté et durée de vie, c'est vous qui la fixez, vous pouvez faire tout le jeu rapidement sans jamais voir le game over. Vous pouvez aussi chercher à faire le fameux 100% (les grisiens vous en seront reconnaissant) et là ça se corse, il faut aller vite à cause de la limite de temps et cela vous conduira à bien gérer les sauts. Dans cette deuxième façon d'aborder le jeu, il n'est pas rare de se retrouver dans une flaque d'encre polluer, vous devez alors vite chercher un coin d'eau pour vous laver où là, vous verrez le game over.

Les défauts...

Allez, même un test subjectif demande 2 ou 3 notions "objectives" pour parler des défauts du jeu.
Alors, parlons du gros défaut du jeu pour moi... L'absence de sauvegarde en cours de niveau. Un niveau peut durer 1h30/2h voir plus, au départ, votre chrono affiche 15 minutes, mais vous réalisez les défis, vous gagnez du temps, vous libérez un paté de maison, vous gagnez du temps, vous tuez un groupe de soldat de l'ENKR, vous gagnez du temps, etc. Bref, au final, tout ça est très long. J'ai passé des sessions de 5 heures sur De Blob, j'ai vraiment aimé, mais il suffit qu'au milieu d'un niveau vous ayez autre chose à faire et c'est mort pour sauver la partie. Un exemple [3615 MyLife], je joue à De Blob, ma fille se réveille pour son biberon. Dans ce cas là, en général, je la pose sur mon genou gauche et je lui file son biberon du même bras. Quand je joue à la Wii à n'importe quel jeu, je sauve et je passe sur Zack & Wiki, ça me permet de jouer pendant que je lui file son biberon (Z&W ne nécessitant qu'une seule main), quite à mettre pause ensuite pour jouer avec ma fille (mais le biberon, c'est chiant, autant faire autre chose en même temps).[/3615 MyLife].
Enfin, ça c'est dans mon cas, pour changer de jeu, autrement, vous pouvez toujours mettre pause et revenir plus tard. C'est un défaut sans en être vraiment un.

Deuxième point négatif, même si au final je considère ça comme un point positif, c'est qu'en fait, sous ses apparences de casual game, jeu à jouer par petite session quand on a le temps, De Blob a non seulement son problème de sauvegarde qui interdit les trop petites sessions, mais surtout, nécessite un certain investissement au niveau de la prise en main, principalement des sauts. Oui, c'est ce que je disais plus tôt, c'est avant tout un jeu de plateforme, pas un simple jeu à la troisième personne où il suffirait de se promener dans les rues pour colorier les batiments, comme le concept de base pourrait faire croire. Le challenge du jeu repose entièrement sur la maitrise des sauts. Au départ, on se dit que c'est n'importe quoi, qu'ils réagissent aléatoirement, on en vient même à douter de leur précision et puis vient la pseudo maitrise et on se rend compte qu'il est primordial de bien les faire et que ce n'est finalement pas si dur, qu'ils sont précis et réagissent nickels comme on aurait put le prévoir, quand on les loupe, qu'on reste coller parce qu'on était trop près du mur, on se dit "Je le savais, j'ai tenté, j'aurais du reculer un peu" et au final tout le challenge du jeu est là, les sauts, symptomes du plateformeur par excellence. Je le met dans les défauts parce que tant qu'on a pas compris le principe des sauts, on a limite l'impression que c'est "mal fait" et le challenge dans les niveaux avancés est rebutant par rapport à la simplicité apparente du concept original (colorier les murs).


Dernier défaut. L'absence de boss pour marquer le point final de chaque niveau. Quand un niveau se fini, vous partez par la bouche d'évacuation, si il vous reste du temps, vous tentez de retrouver les derniers patés de maison à colorier pour libérer les derniers malheureux grisiens où vous tentez de trouver les derniers arbres à colorier (vous pouvez suivre ce qu'il vous reste à faire pour faire le 100%), mais ça manque d'un dernier gros challenge pour marquer la fin du quartier.

La note... toujours dure de trouver la note, j'essaye toujours de me référer au barème GK. 6 pour un jeu honnête, 7 pour un bon jeu, 8 pour un très bon et 9 pour un culte.

DeBlob est beaucoup plus qu'un jeu honnête, ce n'est pas un jeu culte mais c'est bien plus qu'un "simple" bon jeu pour moi, surtout en ces temps où les développeurs partent dans tous les sens pour essayer de faire bouffer au gamer des pseudos jeux de plateformes bidons. De Blob arrive à rendre tellement agréable un jeu de plateforme qu'on serait capable d'en redemander. Ca mériterait un 7.5 et une fois de plus, j'arrondis au barême GK, donc 8/10.

Conclusion

8DeBlob est une merveille de jeu de plate forme, on croit au départ qu'on a affaire à un jeu au concept original et au final, on se retrouve avec un jeu de plateforme avec tous les bons ingrédients du genre enrichis d'un background plein d'humour, de références et de concepts sympathiques pour faire apprécier le classissisme du plateformeur. Au final, un hit dans son genre indispensable pour ceux qui en ont marre de voir évoluer la plateforme n'importe comment ces dernières années.


P.S.: Si vous ne l'avez pas sur Wii, n'oubliez pas que son prix conseillé est passé en dessous de la barre des 30€, en import, il doit être carrément donné et vu qu'il est sorti il y a 6 mois, il doit se trouver d'occasion assez facilement.


Publié le 24 Février 2009 à 10:12 par WinterOfTheWolf
En lien avec cet article :
Jeux-vidéo(s)
Plateforme(s)
Éditeur(s)
Commentaires
Ce blog est aussi le votre, laissez un commentaire...
* Facultatif, ne s'affichera pas sur le site
Si vous êtes enregistré, vous pouvez vous identifier. Vous pouvez également vous enregistrer.
Envoyer